Aitareya Upanisad

Les Upanishad vol. 10. Publiée et traduite par

Auteur : SILBURN (Lilian)
Collection : Les Upanishad
Volume : 10
ISBN : 978-2-7200-0970-9
Prix : 7 €

Description

Les Upanishad, texte et traduction sous la direction de L. Renou.
44+2 pages dont 34 pages d'analyse et traduction et 7 pages pour le texte publié en devanagari.
Dimensions : 13,50 x 21,10 x 0,3 cm
Poids : 71
Lieu de parution : Paris
Année de parution : 1950
Réimpression : 2016
Reliure : in-8° broché
Pages : 46
Traduit par : SILBURN (Lilian)
Traduit du : sanskrit

Commentaire

Les Upanishads, dont douze ou treize en particulier terminent les Védas, contiennent des écritures philosophiques et métaphysiques traitant de la nature et du rapport de l'âme (atman) à l'esprit suprême Brahman. Le canon Muktika recense 108 Upanishads dont la composition s'étale de -800 à 1300 de notre ère. On distingue traditionnellement douze Upanishads majeures ou principales et quatre-vingt seize Upanishads mineures réparties en six catégories.
Les Upanisads anciennes, qui sont une douzaine, ont été élaborées au VIème siècle avant notre ère et dans les siècles antérieurs. Cette période correspond à la fin de l'époque védique, quand l'importance attachée aux dieux védiques et au sacrifice diminue, et la réflexion religieuse se porte sur la connaissance de brahman, essence transcendante, infinie, et son identification avec âtman, le soi. Le VIème siècle est l'époque de l'émergence du jainisme et du bouddhisme, une période de spéculation intense, où la discussion porte moins sur les actes associés au sacrifice que sur la connaissance authentique, mystique de la réalité ultime. Il est clair d'autre part - la Chândogya Upanisad le montre - que la discussion n'est pas restreinte au cercle des brahmanes, mais qu'elle s'étend à la classe princière.

Commentaire

L'Aitareya Upanisad, qui appartient au cycle du Rgveda, le Véda des hymnes, fait partie de l'Âranyaka. L'Âranyaka, traité ésotérique destiné aux anachorètes retirés dans la forêt, consiste en cinq livres: le premier s'intéresse tout spécialement aux correspondances qu'il établit entre le sacrifice, la personne humaine et le cosmos.
L' Aitareya Upanisad comprend le quatrième, le cinquième et le sixième adhyâya du second livre. Le troisième livre est nommé Mahaitareya Upanisad ou Bavrca Upanisad et le quatrième, Samhitâ Upanisad. Le cinquième livre, qui décrit certains rites du Mahâvrata, forme une sorte de complément du premier livre.
L'Aitareya Upanisad qui nous porte d'emblée à l'aube des temps, puise son inspiration aux sources mêmes des plus célèbres légendes cosmogoniques des Véda et des Brâhmana : celle de l'antique purusa du Rgveda, celle de Prajâpati, le Seigneur des créatures qui, dans les Brâhmana, couvre les mondes et prend de plus en plus la place et les fonctions jadis assignées au purusa du Rgveda. Mais à Prajâpati l'Upanisad substitue à son tour l'atman, le Soi, auquel incombera désormais toute la tâche d'une création qui s'accomplira de façon progressive et après mûre réflexion.