BHAGAVAD-GITA

Auteurs : LEVI (Sylvain), STICKNEY (Joseph Trumbull)

ISBN : 978-2-7200-0456-8

Attention : Ce livre est non-coupé

Prix : 11 €

Description

Dimensions : 12 x 18,70 x 0,8 cm
Poids : 115g
Lieu de parution : Paris
Année de parution : 1938
Reliure : in-8° broché
Pages : 120
Traduit par : S. Lévi et J.-T. Stickney
Traduit du : sanskrit

Commentaire

Cette traduction est issue de l'enseignement donné par M. Sylvain Lévi à l'Ecole des Hautes Etudes (1900-1901), puis d'une collaboration intime entre le Maître et son disciple J.-T. Stickney.
Certes Mr Lévi aurait aimé apporter de nouvelles retouches mais la mort a fait échouer ce projet.
On a donc reproduit le manuscrit tel quel, en se bornant à unifier au besoin la traduction de certains termes et à combler quelques minimes lacunes.

Cette traduction est philologique.
(une autre traduction de la Bhagavad-Gîtâ , non philologique, du point de vue d'un sage : La Bhagavad-Gîtâ trad. d'après Shrî Aurobindo)

La Bhagavad-Gîtâ, ou Bhagavadgîtâ (V-IIe siècle av. J.-C.) — ce terme sanskrit se traduit littéralement par "chant du Bienheureux" — est la partie centrale du poème épique Mahâbhârata : cette épopée de la mythologie hindoue, comparable à la Bible, relate la Grande Geste des Bhârata, descendants de Bhârat qui constitueraient le peuple indien d'aujourd'hui.
Le texte de la Bhagavad-Gîtâ est un des écrits fondamentaux de l'Hindouisme souvent considéré comme un "abrégé de toute la doctrine védique".
La Bhagavad-Gîtâ, conte l'histoire de Krishna (8e avatar de Vishnou) et d'Arjuna, un prince guerrier en proie au doute devant la bataille qui risque d'entraîner la mort des membres de sa famille, les Pândava, qui se trouvent dans l'armée opposée. Le récit, constitué du dialogue entre Krishna et Arjuna, enseigne que même si tous les chemins diffèrent, leur but fondamental reste le même : réaliser le Brahman et échapper au cycle des renaissances à travers la réalisation du Soi.

Sylvain Lévi (1863-1935) est un indologue français, professeur au Collège de France. Il eut notamment pour élève le sinologue Paul Pelliot.
Il fut l'un des premiers à s'intéresser à la langue tokharienne (koutchéenne) des Tokhariens (peuple indo-européen implanté dans le Xinjiang, à l'ouest de la Chine). Il la rapprocha du sanskrit et contribua à son déchiffrement.

Sommaire


Les textes de 18 chapitres