Hauran V. La Syrie du Sud, du Néolithique à l'Antiquité tardive Volume I

Recherches récentes. Actes du colloque de Damas 2007.

Auteurs : Al-MAQDISSI (M.), BRAEMER (F.), DENTZER (J.-M.)
Collection : Bibliothèque archéologique et historique (BAH)
Tome : 191
ISBN : 978-2-35159-179-6
Prix : 80 €

Description

Textes édités par Jacqueline Dentzer-Feydy et Michèle Vallerin.
Poids : 2414
Lieu de parution : Beyrouth
Année de parution : 2010
Reliure : broché
Pages : 574

Commentaire

Après une phase d'exploration très fructueuse, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, suivie d'une longue période de désintérêt de la part de la communauté scientifique, les études archéologiques dans le Hauran et les régions environnantes ont repris en 1974. La publication du recueil Hauran I (1985-1986), puis celle des actes du colloque réuni à Suweida en 1990 par la DGAMS (1997), faisaient connaître un ensemble de contributions pluridisciplinaires qui dressait un état des connaissances et relançait les principaux corpus et inventaires en cours portant sur l'épigraphie, l'architecture et la céramique régionales. En 2007, le colloque de Damas a montré d'abord combien se sont multipliées les interventions sur le terrain, qu'il s'agisse d'études de site ou de programmes thématiques régionaux. Les projets Balnéorient et Atlas des sites pré- et protohistoriques de Syrie du Sud ou encore l'inventaire des maisons villageoises d'époque romaine permettent ainsi d'aborder de manière nouvelle, sur la longue durée, les questions de l'occupation du sol et du développement local, de l'urbanisme et de l'architecture. Des corpus d'études sur les périodes pré- et protohistorique ont aussi été constitués. En une vingtaine d'années, on est passé de la collecte d'informations relativement ponctuelles, recueillies sur des sites éloignés les uns des autres, à une recherche de terrain plus dense et systématique, fouilles et prospections confondues, dont les résultats permettent de donner aujourd'hui à la Syrie du Sud une place tout à fait significative, à l'échelle du Levant Sud, de la période natoufienne à l'âge du Fer. Pour les époques hellénistique, romaine et byzantine, les études archéologiques et d'histoire régionale, conduites sur la longue durée, portent toujours sur le contexte de l'occupation humaine, rurale ou urbaine. Elles abordent la question des ressources offertes par le milieu géographique, de son ouverture à différents groupes de population et des interactions qui en résultent : conflits territoriaux, échanges commerciaux à longue distance, établissement d'itinéraires caravaniers qui peuvent susciter le brigandage. Des réponses neuves sont apportées à des questions ouvertes depuis la reprise des recherches sur la région. On perçoit mieux maintenant la transition entre l'âge du Fer et la nouvelle phase de développement qui débute à l'époque hellénistique. À partir de l'époque nabatéenne, puis pour l'époque romaine, le répertoire des décors architecturaux, confrontés à d'autres données de nature épigraphique ou archéologique, constitue localement un marqueur chronologique précis. Le corpus régional des arts plastiques apporte de nouvelles bases à son interprétation. Dans les sanctuaires, des fouilles révèlent l'organisation du culte et des pratiques rituelles. Notre connaissance et notre interprétation des villes et des agglomérations sont désormais éclairées par la prise en compte du développement urbain sur une durée plus longue que la période dite " classique ". Ce volume aborde ainsi de manière renouvelée l'histoire de la Syrie du Sud sur la très longue durée : particularismes régionaux et forte intégration à l'ensemble géographique et culturel du Levant Sud en sont les deux traits majeurs et parfois paradoxaux.
Nach einer Phase fruchtbarer Forschungen am Ende des 19. und zu Beginn des 20. Jhs. wurden die archäologischen Studien im Hauran und angrenzender Gebiete 1974 nach einer langen Pause wieder aufgenommen. Der Band Hauran I, erschienen 1985 und 1986, sowie die Akten eines von der Direction Générale des Antiquités et des Musées de la Syrie 1990 in Suweida organisierten Kolloquiums veröffentlichten pluridisziplinäre Beiträge, die den damals aktuellen Wissenstand widerspiegelten. Sie setzten Maßstäbe für die wichtigsten Corpora und Inventare auf den Gebieten der Inschriftenkunde, der Architektur und der Kleinkunst dieser Region. Das 2007 in Damaskus veranstaltete Kolloqium zeigte in erster Linie die Entwicklung von Forschungsprogrammen und von Diskussionsbeiträgen auf, die sich sowohl in monographischen Studien zu den wichtigsten Antikenstätten als auch in thematischen, regional gebundenen Forschungsansätzen niederschlugen. Reiche Befunde aus den vor- und frühgeschichtlichen Perioden wurden erhoben. Über zwei Jahrzehnte hinweg ist man von relativ punktuellen Informationen zu Stätten, die weit voneinander entfernt liegen, zu einer Dichte von Feldstudien, Ausgrabungen und Prospektionen gelangt, die es erlaubt, Südsyrien einen signifikanten Platz in der südlichen Levante von der natufischen Periode bis zur Eisenzeit einzuräumen. Archäologische und historische Regionalstudien stellten fortgesetzt in der hellenistischen, römischen und byzantinischen Epoche die Frage nach menschlichen Siedlungsformen in Stadt und Umland. Diese liegen in einem geographischem Raum mit substanziellen Ressourcen, der unterschiedlichen Volksgruppen offenstand. Diese waren Konflikten untereinander ausgesetzt oder betrieben Fernhandel. Seit der Wiederaufnahme der Forschungen wurden neue Antworten auf offene Fragen gefunden. So etwa versteht man heute den Übergang zwischen der Eisenzeit und jener neuen Entwicklung besser, die den Beginn der hellenistischen Epoche markiert. In der nabatäischen und römischen Zeit führt die Bauplastik, zusammen mit Ergebnissen der epigraphischen und archäologischen Forschung, zu chronologischen Meilensteinen für die Region. Die Bildende Kunst trägt neue Indizien für Interpretationen bei. Ausgrabungen in Heiligtümer liefern Informationen über die Organisation von Kulten und über rituelle Praktiken. Die Entwicklung und Interpretation von Städten und dörflichen Siedlungsformen dieser Region können nunmehr klarer gefaßt werden, da sie über einen längeren Zeitraum als eben ausschließlich in den "klassischen Perioden" untersucht wurden. Der vorliegende Band wirft ein neues Licht auf die sehr lange Geschichte Südsyriens. Regionale Persistenz und zugleich eine starke Integration innerhalb der geographischen und kulturellen Welt der südlichen Levante sind die beiden wichtigsten, manchmal auch widersprüchlichen Elemente dieser Geschichte.

Sommaire

Sommaire détaillé

Extrait du sommaire : Introduction —
Le milieu —
La Préhistoire —
Les agglomérations urbaines et rurales —
Les sanctuaires —
Les aménagements hydrauliques et les bâtiments des eaux —
Les nécropoles et monuments funéraires —
La sculpture et le travail de la pierre —
L'épigraphie —
Les monnaies et les objets métalliques —
La céramique —
Index des sites —
Index des toponymes de la carte de Syrie du Sud. Les résumés des contributions/Abstract/résumé en arabe de ce volume seront placés dans le volume 2 (BAH n°202.)