La Grèce d'Alexandre et son rêve d'Orient

La conquête de l'Empire Perse : un autre mythe, une autre réalité de l'Orient

Auteur : DELAYGUE-MASSON (Marie-Pierre)

ISBN : 978-2-7200-1153-5
Prix : 39 €

Description

Dimensions : 16 x 24 x 1,5 cm
Poids : 415g
Lieu de parution : Paris
Année de parution : 2008
Reliure : in-8° broché
Pages : 250

Commentaire

L'Asie Mineure, le Liban, l'Egypte, la Syrie, Babylone, Suse, Persépolis… Alexandre veut tout dominer, tout occuper et marcher ainsi jusqu'au bout du monde. Il rêve de pouvoir et les Grecs espèrent, en le suivant, remédier à leurs difficultés économiques, fascinés qu'ils ont toujours été par les richesses des Perses. Le rêve rencontre la réalité ; il s'ensuit une guerre de conquêtes bien prosaïque. S'accumulent les scènes de pillages, puis les disputes sanglantes et les guerres acharnées auxquelles se livrent les successeurs d'Alexandre.
Mais cette conquête est aussi faite de folie. Les soldats souffrent du froid sur le plateau iranien, de la chaleur l'été à Babylone. Ils traversent l'Afghanistan, peinent dans les cols du Pamir, arrivent en Ouzbékistan, gagnent l'Indus, se rendent maître du Gandhara, du Pendjab, vivent un cauchemar dans le désert du Béloutchistan. Galvanisés par leur chef, stimulés par l'espoir du pillage des richesses dont ils rêvent, ils renversent Darius et se retrouvent à la tête du royaume perse. L'Orient est à feu et à sang... C'est habités par leur passion pour l'Orient, grisés par leur goût de l'aventure que ces hommes peuvent accomplir leur marche glorieuse mais épuisante, multiplier expéditions et explorations, toujours curieux de ce qu'ils découvrent même si leurs fantasmes faussent parfois les faits relatés.
L'expédition contre Darius marquera le début d'une nouvelle période dite hellénistique. Athènes est évincée au profit des empires gréco-macédoniens d'Egypte et de Syrie, mais la culture grecque se répand dans tout le bassin méditerranéen et brille d'un renouveau exceptionnel. Là, le dynamisme économique est sans précédent, l'essor de la science inouï. Alexandrie attire les plus grands savants de l'époque et leur offre des conditions de travail proches de celles d'un centre de recherches moderne. On admire toujours des savants de cette période, mathématiciens, géographes, historiens; Archimède, Mégasthène, Hipparque, ou à Alexandrie Euclide et Eratosthène.
Autre effet de ces bouleversements, une mentalité nouvelle se répand. Les Grecs en contact avec des peuples qu'ils découvrent ou qu'ils apprennent à mieux connaître, commencent à comprendre qu'il existe d'autres civilisations que la leur, tout aussi estimables. L'hellénocentrisme qu'on leur reproche si souvent s'estompe. Les célèbres Bouddhas hellénisés du Gandhara sont le reflet surprenant de cette nouvelle mentalité, de cette ouverture d'esprit si actuelle.
Synopsis adapté de l'introduction (taille fichier  : 106 Kb)

Tout en s'appuyant sur des références précises, ce livre n'est pas réservé à des spécialistes. Il se propose de mettre à la portée de tous les rapports qu'entretiennent les Grecs avec l'Orient après la célèbre conquête d'Alexandre. Leur vision de l'Orient, faite d'attirance et de fascination mais aussi de peur et de rejet, a encore pour nous des résonances actuelles.

Professeur agrégé en Lettres Classiques, Docteur en Sorbonne, M.-P. Delaygue-Masson poursuit des recherches sur la Grèce et l'Orient depuis plus d'une vingtaine d'années : elle a notamment publié "Les Grecs connaissent-ils les religions de l'Inde à l'époque hellénistique ?". Elle s'intéresse actuellement aux visions contrastées qu'ont les Grecs de cette époque vis-à-vis de l'Ouest et de l'Est : intérêts économiques et prosaïques en Italie du Sud d'un côté, passions et fantasmes pour l'Orient de l'autre.

Sommaire

~ Introduction : Un séisme à l'origine de l'époque hellénistique : les conquêtes effrénées d'Alexandre — Les Grecs après Alexandre : une vision renouvelée de l'orient (4e-1er siècle av. J.-C.) — Les Grecs et l'Orient : des expériences diverses —Un rêve hellénistique bien loin de la pax romana —Sources à notre disposition : quelques indications —La question de la fiabilité des sources.

~ Chap. I. Un intérêt de tout temps pour l'Orient : Des contacts anciens entre Grecs et Orientaux (dès le 12e siècle av. J.-C.) : Le commerce, l'émigration, la colonisation - Les guerres des 5e et 4e siècles avant J.-C. —L'Orient dans les textes grecs avant Hérodote (6e-5e siècle av. J.-C.) —Une histoire de l'Orient : Hérodote et Ctésias (5e siècle av. J.-C.) : Eléments d'histoire perse - Description des pays d'Orient - Histoire locale : Géographie - Paysages, climat, économie, habitants - Les coutumes —La "méthode" d'Hérodote : Des enquêtes "sur le terrain" - Un effort d'objectivité souvent mal perçu par les philhellènes - Le message moralisateur d'Hérodote.

~ Chap. II. Orient honni, Orient fabuleux : le pouvoir séducteur du mythe : Le perse ou l'ennemi héréditaire (5e et 4e siècles av. J.-C.) —Le recours au merveilleux (textes du 5e siècle av. J.-C.) : Un procédé littéraire : les thaumata - Les éléments du merveilleux : Une nature miraculeuse
- Des animaux fabuleux - Des hommes monstrueux - Manifestations divines et prodiges surnaturels —Un merveilleux souvent incompris  : Une fabulation dénoncée par les critiques d'hier et d'aujourd'hui - Hérodote et les anecdotes : un merveilleux au service de l'histoire ?

~ Chap. III. L'émergence de la pensée scientifique : La science grecque avant l'époque hellénistique : La science présocratique (7e-5e siècle av. J.-C.) - L'aube des temps hellénistiques —L'essor scientifique à l'époque hellénistique (3e-1er siècle av. J.-C.) : L'astronomie - La géographie —Un nouveau type de savant : Progrès des mathématiques et spécialisation des connaissances - De nouvelles conditions de travail —De nouvelles méthodes de pensée : le legs d'Aristote  : Le refus du merveilleux - L'observation systématique de la réalité - Une volonté de classification rigoureuse et systématique - La recherche d'explications objectives - Le développement de l'esprit critique —Les savoirs scientifiques mis en application.

~ Chap. IV. Les motivations objectives de la conquête de l'Orient  : Les enjeux politiques de l'expédition d'Alexandre : Une guerre de représailles - Un besoin d'union politique —L'expédition d'Alexandre : l'espoir de remédier à la crise économique de la Grèce —L'attrait pour les trésors de l'Orient : L'Orient, symbole de richesses extraordinaires pendant toute l'antiquité - Les pompes des successeurs d'Alexandre - Une prospérité agricole bien alléchante - Une profusion de matières premières et d'industries différenciées.

~ Chap. V. L'Orient découvert, exploré et exploité  : L'Orient, une réalité multiple vécue par l'armée d'Alexandre —Une volonté systématique de connaître et d'explorer l'Orient —Ouverture de routes économiques et de débouchés commerciaux : Des expéditions commerciales - Les routes et le développement du commerce - Une politique monétaire active, instrument du pouvoir économique - Un essor économique... en Orient.

~ Chap. VI. Pillages et conflits fratricides : une autre réalité de l'Orient : L'importance du butin pour l'armée d'Alexandre : Un butin considérable amassé sans relâche - Un roi prodigue avec son armée - Un butin nécessaire à la poursuite des conquêtes —Après Alexandre : d'autres expéditions intéressées contre les Orientaux —Les guerres fratricides entre les successeurs d'Alexandre —La conquête de l'Orient  : un bilan contrasté pour la Grèce : Un enrichissement éphémère de l'armée - La Grèce victime de son empire : inflation, inégalités, dépopulation.

~ Chapitre VII. La dimension épique des conquêtes d'Alexandre  : Des récits épiques à la gloire d'Alexandre et de son armée : Des soldats à la vaillance extrême - Un héros supérieur aux autres : Alexandre - Un éloge hyperbolique : des chiffres éloquents - violence des combats - la question des massacres —Des héros dignes d'admiration : Des caractères d'une grande noblesse - Des héros humains grandis par les épreuves : la résistance acharnée de certains indigènes - une nature souvent hostile —Des héros protégés par les dieux : Une conquête accompagnée de signes divins - Un roi promis à une haute destinée.

~ Chap. VIII. La fonction politique de l'épopée : Alexandre, du héros légendaire à l'homme d'action : Un "libérateur" - Un "justicier" - Un conquérant insatiable - Un fondateur de villes —La divinisation du roi : un mythe qui sert Alexandre et ses successeurs : La divinisation d'Alexandre de son vivant - Le culte d'Alexandre après sa mort : un enjeu entre les diadoques - La divinisation des successeurs d'Alexandre  : une pratique constante en Egypte - Histoire ou littérature courtisane ?

~ Chap. IX. La résurgence du mythe de l'Orient, du rêve au cauchemar : l'Orient lointain, encore objet de fables —Un Orient idéalisé —Un Orient corrompu par ses richesses —L'Orient : un monde d'horreur : Une terre inhospitalière à l'excès - L'Orient ou la négation de la civilisation - Cruauté des Orientaux —Pourquoi une vision aussi contrastée de l'Orient ?

~ Chap. X. Les Grecs et l'Orient : une rencontre culturelle : Le choc entre cultures : Alexandre et sa tentative d'unification - Les Grecs face à des problèmes d'acculturation - La résistance des peuples conquis —Une époque de tolérance et de curiosité : L'attirance pour la culture indienne : La surprise de l'armée d'Alexandre devant les brahmanes - L'admiration des Grecs pour la philosophie de l'Inde - Le Milindapanha ou questions de Milinda - L'art gréco-bouddhique —Grecs et indiens : de l'estime réciproque aux convergences intellectuelles : Des divergences de points de vue - Les discussions philosophiques - Une reconnaissance de valeurs communes.

~ Conclusion : le mythe d'Alexandre et l'Occident : le rêve oriental perpétué - La conquête de l'Orient et ses conséquences paradoxales - Les Grecs en Orient : une ouverture culturelle inégalée —Annexe  : Répertoire chronologique des principaux événements intellectuels et politiques —Sources antiques —Bibliographie —Table des reproductions.