La vie du Bouddha

d'après les textes et les monuments de l'Inde

Auteur : FOUCHER (Alfred)

ISBN : 2-7200-1052-9

Attention : Ce livre est non-coupé

Prix : 31 €

Description

12 pl. hors-texte
Dimensions : 24,70x16,30cm
Poids : 650g
Lieu de parution : Paris
Année de parution : 1987
Reliure : in-8° br.
Pages : 383

Commentaire

"Dans mon humble sphère - professeur n'est pas prophète - j'ai aussi hésité longtemps à publier ce livre, vu l'impossibilité de répondre à la fois aux exigences des trois sortes possibles de lecteurs. […] Restait à satisfaire à la fois les gens du monde et les étudiants. […] Voici donc le parti auquel nous nous sommes arrêtés […] Le corps de l'ouvrage a été débarrassé dans la mesure du possible de toutes les complications orthographiques, linguistiques et autres […] mais les personnes solliciteuses d'aller jusqu'au tond des choses, […] trouveront page à page en note à la fin du volume les indications bibliographiques et les références justificatives les plus nécessaires à leur orientation […]
Les plus anciens textes bouddhiques ont naturellement été notre principale source d'information, et, comme tels, ils nous ont contraint à répéter bien des choses déjà dites et redites; mais ils n'ont pas été nos seuls informateurs. […] J'aurais été impardonnable de ne pas profiter sur tous ces points des travaux des indianistes, mes prédécesseurs, et notamment des progrès qu'ils ont fait faire à l'archéologie indienne. Grâce à eux les événements connus se présentent sous un jour nouveau […] La localisation certaine en huit Places saintes, aujourd'hui bien repérées, des principaux épisodes de la vie du Bouddha […] rehausse singulièrement dans l'ensemble leur caractère d'authenticité. […]
Bien que je ne me propose ici que d'esquisser une image aussi approchée que possible de la personne du Bouddha, j'ai eu garde de négliger les lueurs complémentaires qui de ces divers côtés se projettent sur la doctrine et se reflètent jusque sur la Physionomie de son fondateur. […]" A. FoucherAlfred Foucher (1865-1952), chercheur français, est connu pour avoir identifié l'image du Bouddha comme ayant des origines grecques.
Agrégé de lettres puis intéressé par l'indianisme, A. Foucher suit les cours de S. Lévi à l'Ecole des hautes études. Son attention est attirée par les relations possibles entre l'Inde et la Grèce, et par les rapports déjà bien constatés entre le sanskrit et les langues classiques. À partir de là se manifeste sa prédilection pour l'art bouddhique et le Bouddha.
Il s'attache à toutes les manifestations de l'art gréco-bouddhique qui fleurissait, vers le début de notre ère, sur les confins nord-ouest du Penjab et propose une étude d'ensemble de cet art : aire géographique et histoire, architecture de ses monuments, interprétation de ses bas-reliefs, identification de ses statues, et influence sur le reste de l'Inde jusqu'au VIe siècle. A. Foucher écrira successivement les 3 volumes de son ouvrage, l'art gréco-bouddhique du Gandhâra, son travail le plus célèbre : le premier consacré aux édifices et aux bas-reliefs, les deux autres sur les images puis sur l'histoire.
Toutes les sculptures composites qui s'inspirent de modèles hellénistiques, repris à la manière indienne, étaient connues avant Foucher, mais leur symbolisme restait non résolu. A. Foucher eu le mérite de les interpréter correctement. Ainsi doit-on à A. Foucher d'avoir inventé et défini le terme "art Greco-Bouddhique" où l'image de Bouddha est identifiée comme d'origine grecque. L'art gréco-bouddhique du Gandhâra décrit comment l'art bouddhique de cette époque représente le Bouddha en dépeignant des éléments de sa vie, au lieu de dépeindre le Bouddha lui-même. Foucher a argué du fait que les premières images sculptées du Bouddha ont été fortement influencées par les artistes grecs.
Foucher a daté les images (les considérant comme les "plus beau, et probablement les plus anciens des Buddhas") du 1er siècle av J.-C. et en a fait le point de départ de toutes les futures représentations anthropomorphes du Bouddha.
Après la découverte, au milieu du XXe siècle, des comptoirs commerciaux romains en Inde méridionale, l'argument de Foucher a été revisité en faveur de l'influence romaine, par opposition aux Grecs. Cependant les nouvelles découvertes archéologiques en Asie centrale (comme la ville hellénistique d'Al-Khanoum et l'excavation de Sirkap au Pakistan moderne) de riches civilisations Gréco-Bactriennes et Indo-Grecques dans ces aires géographiques, rétablissent la thèse hellénistique.
A. Foucher sera directeur de l'EFEO (1905-1907) puis, en 1914, directeur à l'Ecole pratique des Hautes Etudes. Chargé de cours à la Sorbonne pour les langues et la littérature de l'Inde, il est également nommé membre (1908) puis secrétaire (1910) de la Commission archéologique de l'Indochine.
Professeur à l'université Columbia, aux Etats-Unis (1915-1916), il collabore avec l'Archaeological Survey of India. En 1922 il fonde la Délégation archéologique française en Afghanistan, et négocie une convention qui accorde à la France, pendant trente ans, le privilège des fouilles.
Co-fondateur de l'Institut de civilisation indienne (1928) avec S. Lévi et E. Senart, il sera élu, à la mort de ce dernier, comme successeur à son fauteuil de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres .

Sommaire

Avertissement - Introduction

1ère Partie : Le Cycle de Kapilavastou : La Nativité : Avant l'enfantement - Après l'enfantement - Enfance et jeunesse : La vie mondaine - La vocation religieuse.

2ème Partie : Les Cycles du Magadha et de Bénarês : La quête de l'illumination - l'illumination - La Première Prédication. - Les Premières Conversions

3ème Partie : Les Cycles mineurs : L'office du Bouddha - Les quatre Pèlerinages secondaires. - Le quatrième Grand Pèlerinage.

Conclusions - Annotations et Inde