Zandaga et zindiqs en Islam au second siècle de l'hégire

Auteur : CHOKR (M.)
Collection : Institut Français du Proche-Orient, PIFD
Tome : 140

Description

Poids : 570
Lieu de parution : Damas
Année de parution : 1993
Reliure : broché
Pages : 348

Commentaire

Dans la période d'extraordinaire effervescence sociale et intellectuelle qui a été, en Islam, le second siècle de l'Hégire, se détache, quelque peu en marge - et de façon très informelle -, une catégorie particulière de prétendus "mal-pensants", étrangement affublés du sobriquet de zanadiqa, pluriel de zindiq. La question des "zindïq-s en pays d'Islam avait déjà fait, comme le rappelle Chokr, l'objet d'un certain nombre de travaux, dont notamment - le tout premier - l'article, justement célèbre, de Georges Vajda. Mais même l'article de Vajda (issu d'un mémoire de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes) demeurait très incomplet ; une étude détaillée, systématique, restait à faire. Melhem Chokr a donc entrepris, dans le cadre d'une thèse de doctorat - et à son entière initiative, je tiens à le préciser - de reprendre le dossier à fond, en exploitant au maximum toute la documentation disponible. Il l'a fait avec brio, et une minutie, un souci de ne rien laisser dans l'ombre, qui le conduit mêmie parfois à déborder un tant soit peu son propos, mais dont le lecteur exigeant, je pense, n'aura pas lieu de se plaindre.
Me sera-t-il permis d'ajouter ceci ? Aujourd'hui, ce n'est pas sans quelque nostalgie que l'on se reporte à ces premiers siècles de l'Hégire, si vivants, marqués par l'extrême diversité des opinions, la hardiesse intellectuelle, une incroyable liberté de propos et de moeurs (en dépit des violences qui s'employaient à la réprimer). Un des intérêts de ce livre, et non le moindre, est de nous rappeler cette époque faste. Daniel Gimaret.