Mise ΰ jour / Update :

INSTITUT FRANCAIS DU PROCHE-ORIENT

LES ETUDES CONTEMPORAINES

 

Pour toute demande d'abonnement veuillez remplir notre formulaire - To subscribe, please fill our form


Le Département scientifiques des "Etudes contemporaines" de l'Ifpo, publie dans trois principales collections :


• CONTEMPORAIN PUBLICATIONS (CP) :


CP n° 39
PIERI (C.). Bagdad : la construction d'une capitale moderne (1914-1960).
Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2015, 448 p. couleurs et un dépliant couleurs, plus de 800 illustrations. ISBN 978-2-35159-399-8

Entre l'imagerie orientaliste qui fait de Bagdad un mirage évanoui, celle des guerres qui tendrait à la transformer en repoussoir et l'obstacle d'un régime qui a fonctionné trente ans comme un écran entre l'Irak et le reste du monde, peut-on avoir aujourd'hui une vision claire de la ville moderne ?
Ce livre identifie les principales mutations du paysage architectural et urbain à Bagdad entre la Première Guerre mondiale et l'établissement de la première république irakienne, en interrogeant les multiples enjeux de la construction d'une capitale moderne. Il envisage l'interaction entre pratiques urbaines et formes architecturales comme l'un des paradigmes d'une identité complexe, et croise plusieurs approches : analyse du contexte historique et politique, décryptage des modèles et processus créatifs, enquête sur la modernisation d'une société.
En grande partie inédite, son iconographie est riche de plus de 800 illustrations : photographies anciennes et récentes, dessins, plans, cartes, documents autographes, archives diverses.

With the Orientalist imagery casting Baghdad as a vanished mirage, that of wars tending to transform it into a foil, and a regime which functioned for thirty years as a screen between Iraq and the rest of the world, how can a clear perception of the modern city of Baghdad be achieved now ?
This book identifies the main stages of transformation of Baghdad's urban and architectural landscape between the First World War and the establishment of the first Iraqi Republic. It assesses what is at stake in the building of a modern capital. It envisions the interaction between architectural forms and urban practices as a paradigm of a complex identity and intertwines various approaches: studying the historical and political context, unraveling shaping patterns and processes, and analyzing the societal modernization.
Its largely unpublished iconography is rich with more than 800 illustrations: old and recent photographs, drawings, plans, maps, autograph documents, archives.

Extrait du sommaire : I. Première partie : D'un empire à l'autre, l'espace urbain et architectural avant 1921  — II. La ville en mouvement, expansion urbaine et construction nationale (1921-1932) — III. Figures de l'"occidentalisation", débats politiques et mutations formelles (1932-1939) — IV. La fragmentation de la ville, dichotomies spatiales et sociales (1939-1950) — V. Le moderne comme horizon et stratégie, scène nationale et visibilité internationale (1950-1958) — VI. Epilogue, après 1958 — VII. Annexes... Sommaire détaillé

 


CP n° 38
GHAZZAL (Z.). The Crime of Writing : Narratives and Shared Meanings in Criminal Cases in Baathist Syria.
Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2015, 586 p.ISBN 978-2-35159-710-1

This book gives a unique portrait of Syrian society through the workings of its criminal records in the three decades prior to outbreak of the civil war in 2011. Based on actual crime files from Aleppo and Idlib, in addition to extensive interviews with criminal detainees, lawyers, judges, and court experts, this study manages an in-depth account of Syria under the Baathist rule of the two Asad régimes.
The author : Zouhair Ghazzal is the author of L'économie politique de Damas au XIXe siècle and The Grammars of Adjudication. He is currently working on a book on the Syrian civil wars.

Cette étude nous livre une occasion unique de brosser un portrait fort complexe de la société syrienne contemporaine telle qu'elle transparaît à travers les archives criminelles d'avant la guerre civile de 2011. L'auteur a pu avoir accès à de nombreux dossiers d'Alep et d'Idlib, en plus d'entretiens extensifs avec des avocats, des juges et d'autres experts, et avec des détenus accusés de crimes contre la société ; l'auteur rend compte ici avec acuité des années des deux régimes de Hâfiz et Bashshâr al-Asad.
L'auteur : Zouhair Ghazzal a déjà publié L'économie politique de Damas au XIXe siècle (1993) et The Grammars of Adjudication (2007). Il travaille actuellement sur la guerre civile en Syrie.

Extrait du sommaire : The political economy of crime — What would stand as enough evidence ? — There is no crime where there is madness — Auto-biographies : Self and Other in Confessional Criminal Narratives — The death penalty, torture, and due process — The problem of recipiency in honor killings — When punishment is left to the judiciary : Kin wars between shared meanings and law — A danger to society: they must therefore all disappear — The place of third parties in land crimes — Photoshopping the president: Men at work in the age of socialism — Le moment de conclure... Sommaire détaillé

 


CP n° 37 : Nous ne diffusons pas ce titre, disponible uniquement sur commande

Traduction en langue arabe de l'ouvrage : Le Gymnase, Le Corbusier à Bagdad (paru en mars 2014 aux Ed. du Patrimoine, en langues française et anglaise) par M. MAREFAT, C. PIERI et G. RAGOT.
Beyrouth-Damas, Presses de l'Ifpo, 2014, 56 p., 115 illustrations.
ISBN 2-35159-389-9
Publié avec le soutien de l'Ambassade de France en Irak et de la Fondation Le Corbusier, Paris.


CP n° 36 : Nous ne diffusons pas ce titre, disponible uniquement sur commande (Livre disponible sur librairie.immateriel.fr, i6doc.com et/ou openedition.org)
M. OUALDI, D. PAGES-EL KAROUI et Ch. VERDEIL (dir.). Les ondes de choc des révolutions arabes.
Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2014, 170 p
. ISBN 2-35159-398-1

 


CP n° 35 : Nous ne diffusons pas ce titre, disponible uniquement sur commande (Livre disponible sur librairie.immateriel.fr, i6doc.com et/ou openedition.org).
LONGUENESSE (E.) (dir.) Formation, qualification, métiers. Évolution du marché de l'emploi et information sur les métiers. Actes de la table-ronde, Beyrouth 21-22 mai 2012.
Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2014, 170 p.
ISBN 2-35159-397-4

 


CP n° 34
DAVID (J.-Cl.), BOISSIERE (Th.) (dir.). Alep et ses territoires. Fabrique et politique d'une ville (1868-2011)
Ouvrage publié avec la collaboration du Groupe de recherche et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO), et avec le soutien de la Mairie de Lyon.

Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2014, 590 p., 127 figures, photos, tableaux et cartes NB et couleurs, 139 photos NB hors texte, 18 photos couleurs hors texte. ISBN 978-2-35159-389-9

Capitale économique de la Syrie du Nord et seconde ville du pays, Alep a bâti sa prospérité sur un important commerce local, régional et international et sur le dynamisme de ses activités de production. Jusqu'à la fin de l'époque ottomane, elle était le centre d'un arrière-pays commercial qui se déployait bien au-delà des frontières actuelles de la Syrie, se prolongeant vers la Méditerranée et l'Europe, l'Asie centrale, la Péninsule arabique et jusqu'aux côtes occidentales du subcontinent indien. Si au XXe siècle la ville a connu un rétrécissement de cette aire d'influence et une marginalisation politique et économique, elle a retrouvé depuis une vingtaine d'années une certaine prospérité pour deux raisons majeures : d'abord, une collaboration plus ouverte que par le passé avec le pouvoir central et ensuite, son dynamisme et sa capacité à développer des activités commerciales, industrielles et culturelles aussi bien à l'échelle locale que régionale et cela, dans le contexte d'une libéralisation très contrôlée de l'économie syrienne. Jusqu'en 2011, Alep a ainsi donné l'image d'une ville, sinon florissante, du moins dynamique : c'est un peu ce dynamisme et cette volonté de vivre que décrit cet ouvrage, à travers plus d'un siècle de bouleversements subis ou portés par cette métropole du Nord de la Syrie, condamnée à se recréer et se réinventer sans cesse pour être autre chose qu'un simple satellite de Damas.
L'ouvrage réunit les contributions d'une vingtaine de chercheurs appartenant à diverses disciplines – géographie, histoire, anthropologie, sociologie, mais aussi architecture ou encore urbanisme. Il a pour ambition de saisir comment se fabrique et fonctionne la ville d'Alep, comment se forment et se transforment ses espaces et ses territoires ainsi que les réseaux que cette ville projette et alimente à l'extérieur. La période concernée par cette approche pluridisciplinaire s'étend de 1868, année de fondation du premier quartier « moderne » à Alep, fortement inspiré des formes urbaines occidentales, à 2011, année du début de la contestation en Syrie, qui ouvre un nouveau chapitre dans l'histoire déjà longue et mouvementée de la ville.

Les auteurs : Thierry Boissière est anthropologue, maître de conférences à l'Université Lumière Lyon 2 et chercheur au GREMMO (Maison de l'Orient et de la Méditerranée, Lyon). Il a également été responsable de l'antenne de l'Ifpo à Alep de 2008 à 2010. Travaillant sur la Syrie depuis 1990, ses recherches ont porté sur l'agriculture urbaine dans la vallée de l'Oronte, sur les stratégies sociales liées à la précarité et enfin sur les espaces et les pratiques du commerce à Alep et à Damas.
Jean-Claude David, géographe, chargé de recherches au CNRS à la retraite, a séjourné dix ans à Alep de 1968 à 1972 et de 1977 à 1983. Il y a effectué ensuite, quasi annuellement, des missions outre celles à Damas, à Beyrouth et au Caire. Il s'intéresse en particulier aux espaces publics, à l'architecture domestique et au patrimoine institutionnel ou « populaire » qui ont donné lieu à de nombreuses publications sur ces questions.

Extrait du sommaire : I. Comment la troisième ville de l'Empire ottoman est devenue un chef-lieu de mouhafaza en Syrie : BALANCHE, Alep et ses territoires : une métropole syrienne dans la mondialisation – AHMAD ALI, Le rôle politique des tribus kurdes Milli et de la famille d'Ibrahim Pacha à l'ouest du Kurdistan et au nord du Bilad al-Cham (1878-1908) – MEOUCHY, Les temps et les territoires de la révolte du Nord (1919-1921) ... — II. Ville planifiée et ville spontanée, identité et pouvoirs locaux, centralisme étatique : DAVID, Production et qualification de l'espace urbain. Entre informel et corruption – SAKKAL, Croissance et contrôle de l'espace. L'informel et l'urbanisme, la municipalité et l'État – SAUVEGRAIN, Pratiques quotidiennes et modes de consommation des jeunes à Alep... — III. Le commerce et les affaires, de l'économie de souk à la mondialisation : METRAL, Alep, le commerce et les affaires – BOISSIERE, De l'économie de souk à la mondialisation – MEIER, Le conte de deux villes : Alep du point de vue des marchands du souk... — IV. Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant — Conclusion... Sommaire détaillé

 


CP n° 33 : Nous ne diffusons pas ce titre, disponible uniquement sur commande (Livre disponible sur librairie.immateriel.fr, i6doc.com et/ou openedition.org).
DUPRET (B.) et FERRIE (J.-N.). Délibérer sous la coupole. L'activité parlementaire dans les régimes autoritaires
Beyrouth, Ifpo, 2014, 208 p., index, bibliographie. ISBN 2-35159-444-5

 


CP n° 32
ABABSA (M.). Atlas of Jordan. History, Territories and Society.
Beyrouth, 2013, 485 p., Hardcover, 147 maps, 151 ill., 42 photos, full color. ISBN 978-2-35159-378-3

Un événement éditorial exceptionnel ! Le premier atlas historique et social de Jordanie, préparé par 48 spécialistes, édition bilingue anglais-arabe, coordonné à l'Institut français du Proche-Orient par Myriam Ababsa et publié aux Presses de l'Ifpo.

Le projet de cet atlas est d'expliquer la formation des territoires jordaniens sur le temps long. Pour cela des experts jordaniens, européens et américains associés à l'Institut français du Proche-Orient ont été invités à révéler les résiliences spatiales de structures anciennes : les complémentarités entre terroirs (champs cultivés, guarrigues et steppes) dès le Néolithique, les dynamiques commerciales le long des voies longitudinales des wadis (Jourdain, Araba, Sirhan), les trames administratives héritées (trames urbaines des premiers royaumes d'Amman, Moab et Edom ; trames commerciales associant Damas et Jerusalem sous l'Empire ottoman ; limites du contrôle de l'État aux confins du Bilad al-Sham ottoman et du Hejaz). La limite du monde sédentaire (de la ma'mû-ra) a fluctué pendant des siècles de part et d'autre de la limite des zones en agriculture sèche, suivant les modes de contrôle étatique des tribus nomades et de la maîtrise technique des réseaux d'approvisionnement en eau. C'est le long de cette limite que la route du pèlerinage s'est développée, sur le tracé ancestral liant le sud de la péninsule arabique à Damas, limite orientale du peuplement sédentaire pendant des siècles.

This atlas aims to explain the formation of Jordanian territories over time. Jordanian, European and American experts associated with the Institut français du Proche-Orient were asked to study the spatial resilience of old structures: the complementarities among land areas (cultivated fields, steppe and scrubland) dating back to the Neolithic period; trade dynamics along the valleys (Wadi Jordan, Wadi Araba and Wadi Sirhan); and inherited administrative systems (urban structures of the first kingdoms of Amman, Moab and Edom; trade between Damascus and Jerusalem under the Ottoman Empire; and State control stopping at the borders of the Ottoman Bilad al-Sham and the Hejaz). Settled populations (ma'mûra) fluctuated for centuries across the boundary of dry farming areas, depending on the modes of state control of nomadic tribes and the technical expertise of water supply systems. The pilgrimage route developed along this boundary, along the ancestral route linking the south of the Arabian Peninsula to Damascus, which for centuries was the eastern limit of settled populations.

Short Summary : I. Jordan's Physical Constraints : Constraints and Resources — II. Jordan Before Statehood. Historical Glimpses : From the First Men' Steps to the Hellenistic Age (-1,5 million years - 323 BC) – The Time of Two Great Cities : Petra and Jerash (323 BC - 629 AD) – Islamic and Ottoman Times (629 AD-1918) – Territory and Nation Building (from 1918 onwards) — III. Contemporary Challenges : Jordan's Population and Demographic Trends – Jordan's Rentier Economy – Social Disparities, Poverty Alleviation and Employment Policies – City Planning, Local Governance and Urban Policies – Jordan Mega Projects for Water, Energy and Transportation...
Complete English Summary (PDF) - Complete Arabic Summary (PDF)

 


CP n° 31
ROUSSEL (C.). Les Druzes de Syrie. Territoire et mobilité.
Beyrouth, 2011, 263 p., 50 cartes et graphiques, 27 photos couleurs. ISBN 978-2-35159-189-5

Cet ouvrage analyse l'espace produit par les membres de la communauté druze implantée depuis le XVIIIe siècle en Syrie méridionale, dans un massif montagneux qui a longtemps porté le nom de Djebel Druze. Cette région n'est devenue la « montagne druze » qu'après un long processus de territorialisation qui, en puisant dans l'histoire de la communauté, ses mythes et sa résistance héroïque face aux Ottomans, a favorisé la formation d'une identité communautaire propre aux Druzes du Djebel. Une telle construction identitaire et territoriale n'est pas restée sans conséquence ni dans l'organisation socio-spatiale de la Syrie du Sud, ni dans la gestion par le pouvoir central de cette entité. Le Djebel est ainsi devenu une périphérie délaissée du territoire syrien, dans laquelle le système communautaire tente de pallier les manques liés aux blocages inhérents à cette situation. Ainsi, le lien communautaire apparaît comme une ressource essentielle au service de stratégies d'acteurs divers (migrants de travail, entrepreneurs, hommes de religion, etc.) qui recherchent tous dans l'émigration internationale le moyen de contourner leur isolement à l'échelle nationale. Il en résulte la construction d'un espace communautaire de mobilité dans lequel l'appartenance confessionnelle et familiale est devenue un gage de circulation.

L'auteur : Cyril Roussel est géographe. Il a vécu en Syrie entre 1997 et 2005, période durant laquelle il a effectué son terrain de recherche dans le cadre de son doctorat. Il a enseigné ensuite la géographie à l'université française (Nancy, Strasbourg) et la géopolitique à l'Inalco (Paris). Il est actuellement en poste en Jordanie, à l'Ifpo-Amman, et poursuit ses recherches sur les migrations et les circulations aux frontières irakiennes avec la Syrie, la Turquie et l'Iran.

Extrait du sommaire : Introduction générale — De la montagne-refuge à la province de Sweida : La communauté druze et son organisation spatiale - Le processus de construction territoriale au Djebel - De l'État national druze à la mohafaza de Sweida — L'organisation communautaire de l'espace dans le Sud de la Syrie : Les dynamiques du peuplement dans le Djebel : des processus typiques d'un espace " clos " - Les migrations internes des Druzes du Djebel : expression de la domination du centre et de l'organisation communautaire - Réseau routier, mobilités quotidiennes et circulation marchande dans le Sud syrien : une organisation spatiale disjointe — Le système migratoire international comme prolongement de l'espace communautaire druze : Intensité et disparités de l'émigration internationale des Druzes du Djebel - Le bagage des migrants druzes et les structures de la mobilité internationale - Les effets de l'émigration internationale dans le Djebel?: transformations spatiales et nouvelles dynamiques urbaines — Conclusion, bibliograpie et index... Sommaire détaillé

 


CP n° 30
Métamorphose des figures du leadership au liban. Champs et contrechamps des élections législatives de 2009.
Collectif, sous la direction de Myriam Catusse, Karam Karam et Olfa Lamloum
.
Beyrouth, 2011, 322 p. ISBN 978-2-35159-185-7

Au Liban, les élections législatives du 7 juin 2009 apparurent comme un rendez-vous attendu. Organisées dans un cycle de « guerre civile froide », elles marquaient l'épilogue temporaire de tensions violentes qui, depuis 2004, clivaient le pays, jusqu'au paroxysme atteint en mai 2008. Elles constituent en cela un analyseur des recompositions de la scène politique libanaise : (ré)alignements politiques, logiques de mobilisations politique, transformations d'un régime soumis à de fortes tensions internes et internationales, à la fin de cette décennie 2000 inaugurée par le retrait israélien du Sud Liban, et ponctuée par le retrait syrien de 2005 consécutif à l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafiq Hariri, ou encore par la guerre de juillet 2006. La confrontation dans les urnes de candidats, de familles et de partis politiques a notamment contribué à la consolidation, à la déstabilisation ou à la réappropriation de leaderships, que les contributions à cet ouvrage se sont proposées d'examiner dans leurs dimensions multiples. En privilégiant une perspective de longue durée et en se penchant sur des cas d'études localisés, ces chapitres s'interrogent sur la compétition électorale et la panoplie des arènes de mobilisation où elle s'est jouée : des familles politiques aux partis avant-gardistes ou mouvements estudiantins, en passant par les nouveaux partis de l'après-guerre, par l'église, par les réseaux de la diaspora ou encore les arènes de mobilisation des équipes de football.

Les auteurs :
EABIYAGHI M.-N. : doctorante en science politique à l'Université Paris Sorbonne, sa thèse porte sur les militants altermondialistes au Liban, sous la direction d'Isabelle Sommier.
BAYRAM I. : auteur d'ouvrages d'investigation, journaliste au quotidien an-Nahar et spécialiste de l'islam politique au Liban.
CATUSSE M. : chercheure au CNRS, ses travaux actuels portent sur les politiques et mobilisations sociales au Liban.
KARAM K. : chercheur au Common Space Initiative et chercheur associé à l'Ifpo, ses recherches portent sur les mobilisations associatives et les actions collectives au Liban.
LAMLOUM O. : chercheure à l'Ifpo, ses recherches portent sur la communication politique de l'islamisme et les mobilisations politiques au Liban.
LEFORT B. : doctorant en sociologie politique à l'IREMAM (Aix-en-Provence) et à l'Université de Tampere (Finlande), et chercheur associé à l'Ifpo. Sa thèse porte sur la socialisation politique des étudiants dans le Liban contemporain.
MOUAWAD J. : doctorant en sciences politiques à la School for Oriental and African Studies (Londres). Sa thèse porte sur la nature de l'état dans les sociétés divisées, en particulier le Liban. Il était chercheur au Lebanese Center for Policy Studies (Beyrouth)
NASSIF N. : auteur de plusieurs biographies de leaders libanais et journaliste au quotidien al-Akhbar.
TABAR P. : professeur à la Lebanese American University (Beyrouth). Ses recherches portent sur la diaspora libanaise en Australie.

Extrait du sommaire : Introduction — Métamorphose des figures du leadership au Liban... — « Les choix de Jbeil ». Notabilité locale, mobilisations nationales et réalignements — Et pourtant ils votent ! Entre contestation et participation ... — « Un vote de substitution? » Mobilisations et pratiques électorales estudiantines... — Quand la guerre ritualisée est au service de la passion partisane... — La difficile bataille au Sud-Liban : « l'opposition » face au Hezbollah et Amal (en arabe) — Le violet. Le patriarcat maronite.. (en arabe) — La mobilisation électorale à l'extérieur du Liban : le vote des migrants libanais à Sydney (en arabe) — Introduction en arabe ... Sommaire détaillé en français - Sommaire et page de titre en arabe

 


CP n° 29
VERDEIL (E.). Beyrouth et ses urbanistes  : une ville en plans (1946-1975)
Beyrouth, 2010, 398 p. ISBN 978-2-35159162-8

Cet ouvrage présente l'histoire de l'urbanisme de Beyrouth entre la période de l'indépendance et le début de la guerre civile libanaise. Il met l'accent sur l'ambitieuse présidence réformiste de Fouad Chéhab, moment fondateur de la construction de l'État au Liban, souvent invoquée, admirée, regrettée, parfois aussi décriée pour ses échecs et ses ambitions déçues, notamment dans le domaine social et urbanistique. Cette période mérite d'être analysée pour elle-même plutôt que comme un âge d'or, une parenthèse ou la cause des malheurs qui l'ont suivi.
L'urbanisme fut une des utopies de l'époque. Ce livre s'efforce de restituer l'originalité de cette période dans un cadre plus large, celui de l'urbanisme dans les pays arabes accédant à l'indépendance. Il insiste sur la dimension politique des projets urbains et sur leur contribution à la construction d'un État moderne, garant du développement. Ces plans firent face à l'opposition de forces sociales multiples, allant des habitants mal logés aux spéculateurs fonciers. Il en résulta de nombreux renoncements : Beyrouth est largement restée, à cette époque, une ville en plans.
Une place privilégiée est accordée aux professionnels de l'urbanisme, architectes et ingénieurs, qui se reconnurent et s'investirent dans ce projet mais l'infléchirent aussi par leurs conceptions modernistes et élitistes. Face aux experts français, comme le Père Lebret ou Michel Écochard, les professionnels libanais s'imposèrent dans les administrations et les conseils et prirent en charge la conception des plans et leur réalisation. Ils construisirent un imaginaire aménageur qui perdura par delà le temps de la guerre pour hanter les projets et contre-projets de la reconstruction.

L'auteur : Eric Verdeil est géographe, chercheur au CNRS (Laboratoire Environnement Ville Société) et membre du Comité directeur de la revue Geocarrefour. Il a vécu plusieurs années au Liban lors de la préparation de cet ouvrage..

Extrait du sommaire : Introduction — L'urbanisme du Mandat français: ruptures et continuités — L'État libanais et l'urbanisme au temps de l'indépendance — La présidence de Fouad Chéhab: une nouvelle donne — Beyrouth dans les plans de l'IRFED et d'Écochard — Les urbanistes libanais face aux réformes chéhabistes et aux experts étrangers — La banlieue sud-ouest, un laboratoire de l'urbanisme beyrouthin. — Centre-ville et construction nationale — Ingénieurs et architectes : l'urbanisme comme ressource professionnelle. — L'aménagement urbain : enjeux techniques et idéologiques. — Contre ou à la rencontre des intérêts privés ? — L'État et l'urbanisme à la veille de la guerre civile — Conclusion  : des enjeux de l'histoire de l'urbanisme libanais — Bibliographie ... Sommaire détaillé

 


CP n° 28
PICHON (F.). Maaloula (XIXe-XXIe siècles) du vieux avec du neuf. Histoire et identité d'un village chrétien de Syrie.
Beyrouth, 2010, 288 p. ISBN 978-2-35159-173-4

Maaloula, dernier endroit au monde où se parle la langue du Christ, l'araméen... Lové au creux des montagnes du Qalamoun, le petit village ne cesse de fasciner tous les voyageurs depuis la fin du XVIIIe siècle. En effet depuis cette époque, il demeure une sorte de " lieu commun " orientaliste où se pressèrent érudits et missionnaires européens jusqu'à la première moitié du XXe siècle. Les plus grands orientalistes comme Theodor Nöldeke, des aventuriers tels que Richard Burton et même Alexandre Dumas connaissaient l'existence de Maaloula et lui consacrèrent quelques pages. Aujourd'hui, Maaloula est devenu un pôle touristique majeur qui draine pas moins de 150 000 visiteurs annuels, Européens bien sûr mais surtout Iraniens qui viennent chercher en sus du pittoresque des lieux, les illusions d'un retour aux sources.
En croisant les archives et les discours sur Maaloula depuis bientôt deux siècles, Frédéric Pichon fait apparaître en même temps que la mémoire chrétienne d'une communauté rurale syrienne, les multiples facettes de l'identité des derniers " Araméens " de Syrie.

L'auteur : Frédéric Pichon, ancien élève de l'IEP de Paris, diplômé d'arabe, a vécu plusieurs années au Proche-Orient. Il est membre de l'Equipe Monde Arabe et Méditerranée de l'UMR 6173 CITERES (Université de Tours).

Extrait du sommaire : Préface de B. Heyberger — Maaloula au miroir de l'Occident, une contribution à l'histoire de l'orientalisme : Maaloula lieu commun orientaliste : UN SIÈCLE D'ENQUÊTES - MAALOULA À l'ÉPREUVE DE L'ÉRUDITION EUROPÉENNE - MÉTHODOLOGIE DE L'ORIENTALISME - Enjeux religieux : Maaloula ou l'Orient immmobile chrétien : LA QUÊTE DES ORIGINES - IMAGE ET IMAGERIE DES CHRETIENS D'ORIENT — Maaloula ou « la fin d'un terroir». Économie et société d'un village à l'âge de la Révolution industrielle  : L'ère des tanzimat : le temps des crises - la fin du terroir maaloulien : LA "GRANDE TRANSFORMATION" - LA FIN DES TRADITIONS — Maaloula ou le « rêve éveillé»  : Une histoire politique de Maaloula (1920-1980) : MAALOULA ET LE MANDAT FRANÇAIS : LA GRANDE RÉVOLTE DE 1925 - LE SAVOIR ET LE POUVOIR : LES STRATÉGIES SOCIALES DES MAALOULIENS JUSQU'AUX ANNÉES 1970 - La revitalisation de l'identité maaloulienne : RETOUR SUR SOI : LA RENAISSANCE D'UNE IDENTITÉ LOCALE - POLYSÉMIE DE L'IDENTITÉ — Conclusion ...

 


CP n° 27
ABABSA (M.). Raqqa : territoires et pratiques sociales d'une ville Syrienne.
Beyrouth, 2009, 263 p. ISBN 978-2-35159-155-0

Etoile du Croissant fertile située sur l'Euphrate à deux cents kilomètres à l'Est d'Alep, Raqqa est une ville de contact entre le monde des pasteurs nomades, le monde des sédentaires et celui des citadins. Sixième ville de Syrie en 2009, avec environ 250 000 habitants, son essor fut considérable au début des années 1970 en tant que centre administratif du Projet de l'Euphrate, qui fut le principal projet de développement de la Syrie baathiste pendant vingt ans. Trois barrages, une ville nouvelle et quinze fermes d'Etat furent construits, drainant vers le gouvernorat de Raqqa des milliers de fonctionnaires, d'ouvriers et d'ingénieurs, syriens et étrangers, qui y introduisirent de nouvelles pratiques sociales.
Dans le même temps, Raqqa fut transformée en vitrine du développement urbain baathiste avec places de parades, jardins, bâtiments officiels, statues et rhétorique célébrant le renouveau de la gloire abbasside de cette ville qui fut la capitale éphémère du calife Haroun al-Rachid.
Le double essor administratif et démographique de Raqqa a profondément modifié les rapports de pouvoir entre les membres des anciennes familles citadines, les fonctionnaires issus des anciennes tribus semi-nomades, et les groupes de migrants nouvellement installés dans la ville. Une véritable revanche sociale s'est produite au profit de petits propriétaires devenus membres du Parti Baath qui ont eu accès aux principaux postes administratifs du gouvernorat. Mais les anciens citadins ont pu conserver les bases de leur pouvoir économique, tout en déployant leurs propres discours identitaires autonomes et leurs pratiques de sociabilité spécifiques (réunion en madâfa, visite aux tombeaux des saints de la ville bien que ces derniers aient été transformés en mausolées chiites).
Raqqa constitue ainsi un poste idéal d'observation des mutations de la Syrie contemporaine du fait de l'ampleur des bouleversements qu'elle a connus depuis un demi-siècle, et qui s'accélèrent avec les réformes introduites par le nouveau président syrien à partir de 2000 (démantèlement des fermes d'Etat, encouragement à l'investissement étranger), qui visent à faire du Nord-Est syrien un nouvel eldorado du développement privé.

Extrait du sommaire : Introduction — Raqqa, coeur du front pionnier de l'Euphrate : « Politique des chefs » en Jazîra et « politique des notables » à Raqqa : la naissance d'une ville de front pionnier (1865-1946) - Réformes agraires et révolution baathiste à Raqqa (1946-2000) - Raqqa, du Projet de l'Euphrate à la contre-réforme agraire (1970-2008) — Raqqa de Haroun al-Rachid à Hafez al-Assad : géopolitique et rhétorique patrimoniales : Raqqa, vitrine de l'urbanisme baathiste - Rhétorique patrimoniales et festivités étatiques — Contre-discours et sociabilités raqqawies : Les mausolées chiites de Raqqa : significations et appropriations conflictuelles - La mise en récit de la citadinité tribale de Raqqa - Les sociabilités raqqawies : madâfa, qabiyyat et cafés — Conclusion — Bibliographie ...

 


CP n° 26
LABAKI (B.). Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe.
Beyrouth, 2009, 248 p. ISBN 978-2-35159-083-6

Cet ouvrage examine le décalage existant dans la majorité des pays arabes entre les débouchés de l'enseignement supérieur et les besoins du marché de l'emploi. Sept études de cas sont présentées qui concernent le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, l'Egypte, la Jordanie, la Syrie et le Liban. Toutes soulignent le chômage des diplômés, dont les causes sont multiples et pour partie liées au manque de croissance économique et aux politiques conduites en matière d'enseignement supérieur et de recherche.

Sommaire : Présentation de Boutros Labaki — Enseignement supérieur et marché du travail dans le monde arabe : études de cas : Le Maroc par Mohamed Souali - L'Algérie par Jamal Ferroukhi - La Tunisie par Saïd Ben Sedrine - L'Egypte par Mohaya Zaytoun - La Jordanie par Mounzer al-Charaa - La Syrie par Najib Abd al-Wahid - Le Liban par Suzanne Abdul-Reda Abourjeili.

 


CP n° 25
HEACOCK (R.) (ss la dir. de). Temps et espaces en Palestine : flux et résistances identitaires. Of Times and Spaces in Palestine: The Flows and Resistances of Identity.
Beyrouth, 2009, 329 p. ISBN 978-2-35159-074-4

Cet ouvrage est une recherche collective diverse et dynamique, qui analyse les données symboliques, discursives, archivales, orales et archéologiques de la formation sociale palestinienne à travers le temps et les lieux. Il comprend des chapitres en français (certains traduits de l'arabe) et d'autres en anglais. Ses auteurs, qui comptent des autorités reconnues mondialement ainsi que de jeunes spécialistes des territoires occupés, ont ceci en commun qu'ils soumettent les paradigmes reçus à une critique issue de la lecture/relecture des données, à la lumière des avancées théoriques contemporaines.

This volume, containing chapters in French (some translated from Arabic) and others in English, is a collective work, diverse and dynamic, analyzing symbolic, discursive, archival, oral and archaeological data regarding the Palestinian social formation through time and space. Its authors, who include internationally recognized specialists as well as young scholars from the occupied territories, have in common their critique of established paradigms, based on a reading of data in the light of contemporary theoretical breakthroughs.

Sommaire : Introduction (R. Heacock) — I. Cadrages : R. G. Suny, Some Theoretical Considerations — H. Laurens, L'identité palestinienne d'hier à aujourd'hui — II. Racines  : M. Yusuf et G. Anabisa, Les Turkmènes en Palestine : histoire et devenir - K. Safi, Territorial Awareness in the 1834 Palestinian Revolt - M. Sroor, La transformation des biens waqfs en propriété privée (jérusalémite et étrangère) à Jérusalem, 1858-1917 - S. Tamari, L'année de la sauterelle : la Grande guerre et l'effacement du passé ottoman de la Palestine - P. Bourmaud, Une sociabilité interconfessionnelle : lieux saints et fêtes religieuses en Palestine (XIXe siècle-1948) - N. Ju'beh, Palestinian Identity and Cultural Heritag — III. Histoire du temps présent  : N. Picaudou, « Les Arabes » comme catégorie du discours mandataire britannique en Palestine - R. Sayigh, Palestinians : From Peasants to Revolutionaries a Quarter of a Century On : Unexplored problems of Palestinian Identity - M. al-Malki, La transformation de l'identité politique des réfugiés dans les camps de Cisjordanie et de la bande de Gaza - J. Massad, Producing the Palestinian as Other : Jordan and the Palestinians - R. Heacock, Of the Advantages (and Perils) of the Deficit of Secularism in Contemporary Palestinian Political Culture - Y. Courbage, Deux phases de la démographie de la Palestine, 1872-1948 et 1967-2025 : aspects comparatifs.

 


CP n° 24
CLERC-HUYBRECHTS (V.). Les quartiers irréguliers de Beyrouth. Une histoire des enjeux fonciers et urbanistiques dans la banlieue sud.
Beyrouth, 2008, 304 p. ISBN 978-2-35159-068-3

Quartiers « illégaux », « informels », « irréguliers » : les études sur l'urbanisme proche-oriental s'intéressent de plus en plus à ces lieux de la ville où l'habitat contrevient aux règles de la construction et de l'urbanisme. Ces désignations recouvrent en réalité une grande diversité dans les histoires et les enjeux socio-politiques présidant au développement de ces quartiers. Ce livre en étudie un exemple particulièrement révélateur. La banlieue sud-ouest de Beyrouth concentre la grande majorité des quartiers irréguliers du Liban : ceux-ci participent de la stigmatisation sociale de cette périphérie de la capitale, et les grands projets de reconstruction de l'après-guerre ont par ailleurs fait de l'irrégularité urbaine une question d'actualité.
Les occupations de terrains pendant la guerre ou encore les extensions des camps de réfugiés sont liées à l'histoire récente du Liban. Mais en se plongeant dans l'histoire foncière des parcelles irrégulièrement construites et occupées, ce livre révèle que leur sort a également été marqué par des ambiguïtés juridiques remontant à l'époque ottomane ou au Mandat français. Cette profondeur historique remet en perspective le phénomène de l'irrégularité foncière. S'ajoutent des histoires particulières, celles de propriétaires plus ou moins bien placés pour protéger leur bien, qui montrent que les stratégies individuelles ou collectives sont souvent un facteur important pour expliquer la localisation et l'ampleur des irrégularités.
Plan, réglementation, loi et norme sont des outils majeurs de l'urbanisme lorsqu'il organise la ville. Aussi l'irrégularité, qu'elle soit définie en termes juridiques (illégalité) ou formels (désordre visible dans l'espace), fonctionne-t-elle comme un remarquable révélateur des tensions qui traversent l'aménagement urbain. Entretiens, enquêtes de terrain, travail sur des archives cartographiques et juridiques ou encore étude du cadastre mettent ici au jour les raisons qui rendent certains lieux plus vulnérables ou plus accueillants que d'autres à l'irrégularité.

Compte rendu sur le site mappemonde, par Eric Verdeil.

Sommaire : I. Les interstices de l'histoire urbanistique : La morphologie de la banlieue sud : un revers de l'urbanisme : Des poches morphologiques en banlieue sud de Beyrouth - Ville légale et planifiée versus ville irrégulière — Points sensibles de l'histoire urbanistique, les quartiers de Horch Tabet et Horch al-Qatil : Une forte concentration de plans et projets d'urbanisme sur la zone sablonneuse - Règles et morphologie urbaine - Les quartiers illégaux Horch Tabet et Horch al-Qatil, zones sensibles de l'histoire urbanistique — II. Quartiers irréguliers et superposition de droits fonciers en banlieue sud : Chapitre III - Les difficultés à cadastrer la Zone des sables : un révélateur de la complexité foncière : La réalisation non confirmée d'un cadastre de la Zone des sables par les Ottomans - Les travaux du cadastre effectués par les Français achoppent sur la Zone des sables - Les difficultés ne sont pas résolues sous l'autorité de l'Etat libanais avant la mise en place d'un tribunal exceptionnel en 1953 — Du « statut » mouchaa au statut privé : privatisation et superposition de droits en banlieue sud : Les terrains mouchaa, coeur du conflit foncier de la Zone des sables - Le statut des terres en banlieue sud - Les passages du mouchaa à la propriété privée — Superposition de droits et enjeux fonciers : Apparition progressive des contradictions foncières - Entrée dans l'histoire urbaine, perpétuation des conflits et apparition des quartiers irréguliers — III. Stratégies de propriétaires face à l'occupation illégale  : Chapitre VI - Faire face à la pression de l'occupation illégale : Le développement autour de noyaux existants d'occupation - La proximité des camps palestiniens à Horch Tabet, Raml et Chatila - Les urgences et les revanches de la guerre : le cas des plages à Jnah — Stratégies de défense des propriétaires contre l'occupation illégale : Différents équilibres entre investissements et bénéfices - Un terrain institutionnel défendu contre le squat : le Golf Club - Un grand terrain en indivision non défendu : la parcelle 190 — La concession de terrains municipaux par les fonctionnaires à Hay el-Zahra : Une occupation contenue aux terrains mouchaa - Une occupation ancienne - Une distribution illégale des terrains par certains de leurs propriétaires — Conclusion  : Quand planification, foncier et propriété déterminent les lieux d'inscription de l'occupation illégale — Bibliographie — Liste des cartes, plans et décrets utilisés — Liste des notes et rapports sur la banlieue sud — Liste des illustrations — Annexes.

 


CP n° 22
PUIG (N.), MERMIER (F.). Itinιraires esthιtiques et scθnes culturelles au Proche-Orient.
Beyrouth, 2006, 278 p., illustrations en couleurs et en noir et blanc. ISBN 2-35159-62-1

Des sociabilités de l'écrit aux créations plastiques en passant par les paysages musicaux, les scènes théâtrales ou les itinéraires de cinéastes, la production culturelle au Proche-Orient est riche de ses spécificités et de ses diversités. Elle est intimement liée aux contextes politiques nationaux qui l'encadrent plus ou moins étroitement et à l'horizon conflictuel de la région.
En développant une démarche d'analyse des productions culturelles en relation avec des contextes sociaux plutôt qu'en s'attachant à la description des œuvres d'art en elles-mêmes, les auteurs de cet ouvrage rappellent que l'art et la création artistique sont aussi des performances sociales.

Compte rendu sur le site Histara, par Gaëlle Dumont, Université libre de Bruxelles.

Sommaire : Les contributeurs — Note sur les transcriptions de l'arabe — Introduction, par N. Puig et F. Mermier — I. Sociabilités de l'écrit : Poésies et poètes arabes en réseaux, par J.-C. Depaule - « Amateur » : une ressource professionnelle, par M. Leonhardt Santini— II. Scènes théâtrales : Le théâtre chiite au Liban, entre rituel et spectacle, par S. Mervin - Ziyad Rahbani, une figure inédite de l'homme de théâtre au Liban, par A. Chabrol III. Paysages musicaux : Mapping Out the Sound Memory of Beirut : A Survey of the music of a war generation, par T. Burkhalter - L'enseignement et la pratique de la musique proche-orientale au Liban, évolutions, débats et révisions en cours, par E. Cestor - « Bienvenue dans les camps ! », L'émergence d'un rap palestinien au Liban : une nouvelle chanson sociale et politique, par N. Puig — IV. Itinéraires de cinéastes  : Etre cinéaste syrien : expériences et trajectoires de la création sous contrainte, par C. Boëx - Itinéraire des cinéastes libanais de l'après-guerre : le parcours d'une reconstruction, par L. Hotait — V. Créations plastiques et mémoires politiques : Des représentations de l'histoire et de la mémoire dans l'art contemporain au Liban, par M. Bellan - Les artistes peintres syriens et la politique, par H. Abbas - Peintres de Beddawi, entre création artistique et engagement politique, par A. Dias — VI. Hors-texte  : L'art, la guerre et la mémoire au Liban, présentation d'œuvres d'artistes libanais, par V. Chenivesse - Note sur les transcriptions de l'arabe - Introduction, par N. Puig et F. Mermier.

 


CP n° 21: Nous ne diffusons pas ce titre, disponible uniquement sur commande (Livre disponible sur librairie.immateriel.fr)
ACTUELLEMENT 1 ex DISPONIBLE en magasin
GHAZZAL (Z.). The Grammars of Adjudication - The economics of judicial decision making in fin-de-siècle Ottoman Beirut and Damascus.
Beyrouth, Ifpo, 2007, 745 p., index, bibliographie. ISBN 2-35159-052-2


CP n° 20
BASHSHUR (M.), COURBAGE (Y.), LABAKI (B.). L'enseignement supérieur dans le monde arabe : une question de niveau ?
Beyrouth, 2006, 214 p. dont 58 p. en arabe. ISBN 2-35159-034-1

Dans un contexte où l'enseignement supérieur dans le monde arabe se trouve confronté à une double contrainte, démographique et financière, où la « baisse du niveau » est régulièrement dénoncée – alors même que l'importance stratégique du supérieur pour les sociétés contemporaines est plus que jamais reconnue, comment dépasser les constats pessimistes et les vœux pieux ? Liban, Algérie, territoires palestiniens, Syrie, Égypte, Maroc : tels sont les pays dont les systèmes éducatifs ont servi de point de départ à un état des lieux sur la question du niveau et de la qualité. Quels sont les critères pertinents pour évaluer l'enseignement supérieur ? Y a-t-il en ce domaine des problèmes spécifiques au monde arabé Comment concilier l'explosion des effectifs et la qualité de la formation ? La multiplication des institutions d'enseignement supérieur, la tendance à une privatisation accrue, l'héritage des colonisations, le rôle de l'université comme lieu de production et de transmission du savoir…, autant d'éléments qui, au-delà des indicateurs quantitatifs, appellent une vaste réflexion pédagogique, sociologique et, cela va sans dire, politique.

Compte rendu sur le site de la Revue Transcontinentales, par Mustapha Haddab, Professeur à l'université d'Alger.

Sommaire : Avant-propos — Y. Courbage, B. Labaki, M. Bashshur, Présentation — M. Bashshur, Standards of quality of higher education in Lebanon — F. Oussedik, Le niveau et la qualité de l'enseignement en Algérie  : quelques éléments de débat — K. Nakhleh, Palestinian tertiary educational system : overview, challenges and possible responses —
— — M. Souali, Les mutations de l'enseignement supérieur au Maroc et la question de la qualité de la formation — M. Bashshur, Synthesis : Have standards of higher education in the arabe world gone up or down ? A synthesis and reflections.


CP n° 19
DE BEL-AIR (F.). Migration et politique au Moyen-Orient.
Beyrouth, 2006, 218 p. ISBN 2-35159-037-6

Les migrations internationales constituent aujourd'hui, dans toutes les régions du globe, un enjeu majeur du politique. Elles font l'objet d'accords internationaux, engendrent des litiges diplomatiques et, surtout, défient en permanence l'ordre du « national ». L'immigrant se heurte à des frontières, spatiales et administratives ; l'émigrant renégocie en permanence ses relations à son pays d'origine. Aussi les migrations obligent-elles sans cesse à repenser les frontières, les manières de conceptualiser un territoire et, plus largement, la souveraineté politique d'un Etat-nation. Dans un Moyen-Orient arabe en pleine crise sociale, économique et politique, l'intensification des mouvements d'immigration et d'émigration, mais aussi celle des migrations de transit, est porteuse, en ce tournant de siècle, d'enjeux politiques spécifiques.

Les critiques sur le Web : Mappemonde, 87, 2007

Sommaire : Introduction — F. De Bel-Air, A. Dergarabedian, Migrations de travail, globalisation et politique : les Zones industrielles qualifiantes (QIZ) de Jordanie — K. V. Bergem, The Role of the State in the in-Migration of Domestic Workers to Jordan and the GCC Countries — J. Chalcraft, Syrian Workers in Lebanon and the Role of the State : Political Economy and Popular Aspirations — J. Al Husseini, La gestion de l.immigration des réfugiés palestiniens dans les pays arabes : à la recherche d'un équilibre incertain — M. Kamel Doraï, O. Clochard, Non-Palestinian Refugees in Lebanon. From Asylum Seekers to Illegal Migrants — S. Hanafi, Palestinian Refugees, Citizenship and the Nation-State — T. Jaulin, La restitution de la nationalité libanaise : enjeux juridiques et politiques — P. Tabar, The Maronite Church in Lebanon : From Nation-building to a Diasporan/Transnational Institution — Annexes : Notices biographiques - Résumés/Abstracts.


CP n° 18
CHIFFOLEAU (S.), MADŒUF (A.) . Les pèlerinages au Maghreb et au Moyen-Orient. Espaces publics, espaces du public.
Beyrouth, 2005, 406 p. ISBN 2-35159-011-2

Sommaire détaillé

Phénomènes sociaux de grande ampleur, les pèlerinages ne sauraient être réduits à leur seule dimension religieuse. Ils participent en effet pleinement aux mobilités qui traversent la région, alimentant le développement touristique et les échanges commerciaux. Les pèlerinages forment un creuset où viennent se croiser non seulement les hommes, mais également les biens et les idées qui essaiment au retour des pèlerins, entraînant des transformations matérielles, politiques, voire psychologiques, importantes et souvent durables. Les contributions réunies dans ce volume s'attachent à rendre compte, en multipliant les situations observées et les angles d'approche, de cet événement polymorphe qu'est le pèlerinage au Maghreb et au Moyen-Orient.

Recension sur le web :
- par Fariba Adelkhah, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], n° 119-120 - Migrations Sud-Sud, novembre 2007.
- par Constant Hamès, Archives de sciences sociales des religions, 138 (2007) - Varia, [En ligne], mis en ligne le 11 septembre 2007.


CP n° 14
CHATELARD (G) et TARAWNEH (M.). Antonin Jaussen, Sciences sociales occidentales, patrimoine arabe. Actes du colloque de juin 1998 "Antonin Jaussen : genèse des sciences sociales occidentales, constitution d'un patrimoine arabe".
CERMOC, Beyrouth, 1999, 256 p. dont 56 p. en anglais et 17 p. en arabe. ISBN 2-905465-16-6

Connu surtout pour ses travaux d'épigraphie sémitique novateurs, le dominicain français Antonin JAUSSEN (1871-1962) fut un membre éminent de l'Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem fondée à la fin du XIX· siècle en vue de promouvoir l'étude de la Bible dans le contexte historique, géographique et humain de la Terre sainte.
De Jérusalem à la Transjordanie, de l'Arabie du Nord au Sinaï, Jaussen fait plus que sa moisson d'inscriptions et de relevés archéologiques. Il observe aussi les hommes, bédouins de Moab, ruraux et urbains de Palestine en un temps où le Proche-Orient connaît les bouleversements politiques et sociaux de grande ampleur. Il produit une œuvre de photographe et d'ethnographe précoce et originale, ne devant que peu au style des voyageurs orientalistes et rien encore aux influences de l'anthropologie naissante, alors même qu'elle en préfigure les méthodes d'approche du terrain et de restitution.
Jaussen fut tout à la fois agent de renseignement de la France au Levant, membre d'un ordre religieux, savant marqué par l'exégèse biblique. Mais il fut aussi l'homme d'une région qu'il fréquenta soixante-dix ans durant et le fils malgré lui d'une vision de la science idéale. C'est dans cet entre-deux où il se place, sur les ambiguïtés et les contradictions de son parcours biographique et de ses écrits que les contributions à cet ouvrage collectif s'interrogent.
À la lumière d'une œuvre particulière, il s'agit ici tant de la genèse de l'anthropologie du Moyen-Orient que de la postérité de ses précurseurs dans les sciences sociales d'aujourd'hui et dans le patrimoine historique et scientifique des sociétés arabes.

Sommaire : Avant-Propos, R. Bocco — Introduction, G. Chatelard — Part. 1 : Antonin Jaussen  : de l'exégèse biblique à l'ethnographie arabe : P. J.-M. de Tarragon, Antonin Jaussen ((1871-1962) : parcours biographique d'un religieux - H. Laurens, Jaussen et les services de renseignement français (1915-1919) - E. Rogan, Missionary Rivalries in Ottoman Transjordan at the Turn of the 20th Century - P. Marcel Sigrist, Situation de l'exégèse en France au temps du P. Lagrange - C. Jalabert, De l'exégèse biblique au monde arabe - F. Métral, Etudes bibliques, archéologie et ethnographie : Jaussen, un ethnographe chez les bédouins - I. Maffi, Orientalisme et temporalité de l'Autre. Quelques clés pour une lecture de Jaussen et de Robertson-Smith - Renaud Escande, Un jeu de regards : la photographie de Jaussen et Savignac à travers la croisière de l'Ecole pratique d'Etudes bibliques de Jérusalem autour de la mer Morte - J. Métral, Naplous et son district : un essai de monographie urbaine - R. Abujaber, Jaussen 's Contribution to the Study of Agricultural Development and Southern Palestine around 1900 - W. & F. Lancaster, On the Nature of power in the Works of Orientalist Scholars and its Contribution to a History of Bedouin Society and Nomad-Sedentary Relations in the Bilad ash-Sham — Part. 2 : Relier le passé au présent : des usages de l'histoire et de l'archéologie dans quelques états de la Péninsule arabe : G. Chatelard, Ethnographie occidentale, écriture de l'histoire et construction de l'identité politique dans la Jordanie contemporaine. L'exemple des travaux de Jaussen à Madaba - Ch. Robin, Yémen et Arabie saoudite : l'histoire nationale commence-t-elle avant l'Islam? — Part. 3 : The attitude of jordanians towards their historical heritage : Summary of the round-table organised by Mohammed Tarawneh. — Résumés des contributions en anglais et en français / Summary of contributions in English and French — Notice de présentation des auteurs — Bibliographie des travaux d'Antonin Jaussen — Table ronde sous la direction de M. Tarawneh (en arabe) : Allocutions de Jean Hannoyer, Adnan Bakhit, Ghazi Bisheh, Saleh Hamarneh, Zaydan Kafafi, Ali Mahafza, Mohammed Tarawneh — Résumés des contributions en arabe.

 


• LES PUBLICATIONS CCO :


CCO n° 42 :
VERDEIL (E.), FAOUR (Gh.), HAMZE (M.). Atlas du Liban. Les nouveaux défis.
Coιdition IFPO/CNRS Liban. Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2016, 112 p. dont 141 figures et photos.
ISBN : 978-2-35159-717-0

Extrait du sommaire : Introduction — Part. I : Géopolitique : un pays bouleversé — Part. 2 : Une économie déséquilibrée : des inégalités croissantes — Part. 3 : Une urbanisation intense — Part. 4 : Les grands enjeux environnementaux — Part. 5 : La crise des services publics — Part. 6 : Urbanisme, aménagement et gouvernance territoriale — Conclusion - Sources et Bibliographie... Sommaire détaillé


CCO n° 40 : Epuisι - Out of print
1860 Histoires et Mémoires d'un conflit.
Sous la direction de Dima de Clerck, Carle Eddé, Naila Kaidbey et Souad Slim.
Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 488 p. Textes en français, en arabe et en anglais.
ISBN : 978-2-35159-711-8

Cet ouvrage constitue la publication des Actes du colloque du même intitulé qui s'est tenu à Beyrouth du 5 au 7 octobre 2011.
Sommaire détaillé

Extrait du sommaire : Allocution - Préface - Introduction — Part. I : L’événement : mises en perspective — Part. II : L’événement selon des témoignages et documents de l’époque — Part. III : L’événement saisi par le droit, l’histoire et les mémoires collectives — Réflexions en guise de conclusion : Histoire et usages mémoriels d'un conflit — Sommaire arabe...


CCO n° 13 : Epuisι - Out of print.
VERDEIL (E.), FAOUR (Gh.), VELUT (S.). Atlas du Liban, Territoires et sociιtι.
Coιdition IFPO/CNRS Liban. Beyrouth, 2007, XIV-210 p., cartes et graphiques en couleurs.
ISBN : 978-2-35159-053-9

Cet atlas, produit d'une collaboration franco-libanaise, offre une vision nouvelle du territoire libanais et met en évidence ses transformations depuis une trentaine d'années. L'ouvrage repose sur une large collecte d'informations spatialisées à une échelle fine ; sa cartographie riche et inédite permet d'appréhender les dynamiques complexes à l'œuvre dans un pays qui, souvent, semble défier la compréhension.

Compte rendu de Thomas Richard sur nonfiction.fr
Critique sur confluences-mediterranee.com
Critique sur mappemonde.mgm.fr

Extrait du sommaire : Préface de M. Hamzé - Carte générale du territoire libanais - Introduction - Construction nationale et géopolitique régionale - Le Liban dans la mondialisation - Population et peuplement - Les mutations territoriales - L'économie - La société : Niveaux de vie, équipements et infrastructures - Les politiques d'aménagement et d'équipement de la reconstruction - Postface : Le territoire libanais à l'épreuve de la guerre... Sommaire détaillé

 


CCO n° 24
KHALIDI (M. Ali). Manifestations of Identity. The lived reality of palestinian refugees in Lebanon.
Coιdition IFPO/IPS. Beyrouth, 2010, XIV-145 p. ISBN : 978-9953-453-35-4

Palestinian refugees in Lebanon are often discussed in sensationalist or objectified terms in the context of various crises. The essays collected in this volume attempt to look beyond the crises, undertaking to examine the lived reality of palestinians in Lebanon and the variety of ways in which they manifest their Palestinian identity. How do they perceive themselves? What forms does their Palestinian identity take and in what ways has it been influenced by their host environment? How do their practices of Palestinian-ness affect or interact with their surroundings? How has their status in Lebanon changed in the six decades since their displacement by Israel? In what ways are they rendered invisible by the Lebanese authorities and Lebanese society at largé How is this invisibility related to the status of other Palestinian communities both inside and outside Palestiné How do they view the prospect of their return to Palestiné These essays liscuss numerous aspects of Palestinian life in lebanon, from the urbanization of the refugee camps to the self-perception of young people. They also consider various forms of Palestinian identity-making, from marriage to rap music.

Sommaire : Acknowledgments — A Note on Transliteration — Notes on Contributors — M. Ali Khalidi and D. Riskedahl, The Lived Reality of Palestinian Refugees in Lebanon — J. Sfeir, Palestinians in Lebanon : The Birth of the "Enemy Within" — R. Afifi and M. El Shareef, How Do Palestinian Youth in the Diaspora Self Identify? The Case of Burj al-Barajneh Camp in Lebanon — S. Hanafi, Palestinian Refugee Camps in Lebanon : Laboratory of Indocile Identity Formation — M. Kamel Doral, From Camp Dwellers to Urban Refugees? Urbanization and Marginalization of Refugee Camps in Lebanon — S. Perdigon, Bachelors' Corniche : Transnationality and the Unmaking of Intimacy among Palestinian Youths in Jal al-Bahr, South Lebanon — N. Puig, "Welcome to the Camps" : The Emergence of Palestinian Rap in Lebanon, a New Social and Political Song — L. Khalili, Palestinians : The Politics of Control, Invisibility, and the Spectacle.

 


• LA COLLECTION IFPOCHE :


Ifpoche n°4, Série "Bilingue" n°2
VALTER (S.). Islamité et identité - d'après 'Ali Sulayman al-Ahmad.
Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2015, 288 p.
ISBN : 978-2-35159-709-5

La question des virulentes différences doctrinales internes à l'islam sert de cadre à ce livre qui, s'il traite d'un sujet particulier - une communauté religieuse syrienne -, porte une dimension plus générale. Écrit par un lettré alaouite contemporain, ce livre se veut une réfutation des distorsions malveillantes de l'Histoire dans une perspective œcuménique et humaniste. Il vise à réhabiliter un groupe dont les croyances ont été jugées hérétiques par certains courants anathématisants du sunnisme. Composé dans le contexte - caduc - de la construction nationale syrienne, cet écrit porte un souffle d'espérance dans l'actuel brasier dévastateur de l'ignorance et de la haine.

Sommaire : Introduction — Bibliographie sur les Alaouites — Traduction d'un manuscrit de la fin du XXe siècle — Annexe.

L'auteur : Stéphane Valter, est maître de conférences (HDR) en langue et civilisation arabes à l'Université du Havre, Faculté des affaires internationales, Institut des Langues et Civilisations Orientales (ILCO). Il est membre du Groupe de recherche Identité et culture (GRIC) de l'Université du Havre.

 


Ifpoche n°3, Série "Bilingue" n°1 : Nous ne diffusons pas ce titre, disponible uniquement sur commande (Livre disponible sur librairie.immateriel.fr, i6doc.com et/ou openedition.org).
MOUNIF (Abdul Rahman). Les fins. Traduit de l’arabe par Éric Gautier.
Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2013, 459 p.
ISBN : 978-2-35159-382-0

Abdel Rahman Mounif (1933-2004) compte sans conteste parmi les grands romanciers arabes du XXe siècle. Il est l'auteur de quinze romans, deux recueils de nouvelles et divers ouvrages de critique littéraire et artistique, d'histoire, de sciences politiques, ou encore d'économie. Paradoxalement, un seul de ses romans (À l'est de la Méditerranée) a été à ce jour traduit en français. Al-Nihâyât (Les Fins) est un roman du désert, espace privilégié de la littérature arabe classique, mais souvent négligé des romanciers contemporains. Il occupe une place singulière tant dans l'œuvre de Mounif que dans la production arabe romanesque contemporaine. Cette édition bilingue, accompagnée d'une présentation de l'œuvre de Mounif, contribuera à mieux faire connaître cette figure majeure de la littérature arabe moderne.

Sommaire : Éric Gautier, Introduction : PŠarq al-Mutawassit (À l’est de la Méditerranée) - Mudun al-milh (Cités de sel) - Ard al-sawâd (Terre de noirceur) - Al-Nihâyât (Les fins) — Écrits et traductions — Bibliographie restreinte : Références en langues européennes - Références en langue arabe - Un numéro spécial dans une revue de critique littéraire - Les thèses de doctorat - Les prix littéraires — Les Fins : Première partie - Deuxième partie,Quelques histoires de la nuit extraordinaire.

 


Ifpoche n°2, Série "Figures"
GELIN (M.) Daniel Schlumberger. L’occident ΰ la rencontre de l’orient, Mathilde Gelin.
Damas, Presses de l'Ifpo, 2010, in-16° br., 424 p. (collection P.I.F.D. n° 264)

Daniel Schlumberger, archéologue et historien d'art, travailla de 1925 à 1972 du Liban et de la Syrie jusqu'en Afghanistan. Il révéla la profondeur de l'impact de la civilisation et de l'art grecs en Orient, de la Méditerranée à l'Inde, et mit au jour la grandeur de la civilisation kouchane.
Il fut successivement membre du service des Antiquités de Syrie et du Liban, directeur de la Délégation Archéologique française en Afghanistan, professeur à l'Université de Strasbourg puis directeur de l'Institut français d'Archéologie de Beyrouth.
Certains de ses écrits parmi les plus importants sont ici réédités, accompagnés d'une présentation et d'une bibliographie du chercheur, d'un inventaire des principaux sites sur lesquels il a travaillé, le tout illustré d'extraits de lettres de sa main, de photographies et de plans.
À travers ce volume d'une collection destinée à présenter quelques grandes figures de la recherche en Orient, l'Institut français du Proche-Orient rend aujourd'hui hommage à l'un de ses membres les plus éminents.

Sommaire : Préface, par Irène Schlumberger — Témoignage, par Olivier Callot — Daniel Schlumberger : Le parcours scientifique de Daniel Schlumberger - Publications sur Daniel Schlumberger - Principaux sites fouillés par Daniel Schlumberger - Bibliographie de Daniel Schlumberger — Choix de textes de Daniel Schlumberger : Texte 1 : Les formes anciennes du chapiteau corinthien en Syrie, en Palestine et en Arabie - Texte 2 : La Palmyrène du Nord-Ouest (conclusion) - Texte 3 : L'argent grec dans l'empire achéménide (conclusion) - Texte 4 : Descendants non-méditerranéens de l'art grec - Texte 5 : L'hellénisme en Afghanistan — Table des illustrations.

L'auteur : Mathilde Gelin, chercheuse au CNRS et ancienne pensionnaire scientifique de l'Institut français d'Archéologie du Proche-Orient, étudie les interactions entre Occidentaux et Orientaux dans l'Antiquité, principalement à travers les créations urbaines grecques en Orient et leur architecture. Elle a dirigé une mission de fouilles et de restauration sur la citadelle d'Apamée de l'Oronte (Qalaat el-Moudiq) et travaille sur des chantiers archéologiques en Syrie, au Koweït et en Ouzbékistan. M. Gelin a déjà consacré plusieurs études à l'archéologie française en Orient, notamment au service des Antiquités en Syrie et au Liban, ainsi qu'à l'Institut français d'Archéologie de Beyrouth.

 


Ifpoche n°1, Série "Figures"
GAULMIER (J.). Jean Gaulmier. Un orientaliste en Syrie. Recueil des textes publiés dans le Bulletin d'études orientales (1929-1972).
Damas, 2006, in-16° br., 192 pages, 7 figures, 4 planches. (collection P.I.F.D. n° 232).
Sommaire détaillé

Cette ethnologie du quotidien avant l'heure que nous offrons au lecteur témoigne, aujourd'hui encore, de la grande tradition de l'orientalisme français, celle d'un Louis Massignon ou d'un Gabriel Bounoure ; une tradition fondée sur le respect de l'Autre et sur la croyance qu'il est possible d'établir avec lui, même dans la situation d'inégalité politique qui fut celle de l'époque de Jean Gaulmier, un échange et un partenariat véritables.

L'auteur : Jean Gaulmier (1905-1997), connu avant tout pour son engagement dans les Forces françaises libres et pour sa carrière d’homme de lettres, séjourna près d’un quart de siècle (1928-1951) en Syrie où il compta au nombre des correspondants de l’Institut français de Damas et, à ce titre, contribua régulièrement au Bulletin d’études orientales.
 


• LES CAHIERS DE L'IFPO :


CI n°8
LONGUENESSE (E.) et ROUSSEL (C.). Développer en Syrie. Retour sur une expérience historique.
Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2014, 240 p.
ISBN : 978-2-35159-402-5

Après trois décennies de politiques marquées par l'hégémonie du paradigme du développement, la Syrie s'était elle aussi engagée dans un programme de réformes néolibérales, de privatisation et de décharge de l'État sur des acteurs non étatiques. Ce recueil rassemble des travaux visant à revisiter la notion de développement telle qu'elle a évolué dans la seconde moitié du 20e siècle en Syrie, jusqu'à la veille du soulèvement de 2011. L'hypothèse qui le sous-tend est qu'une telle relecture peut éclairer les facteurs à l'origine de la crise, mais aussi aider à penser les défis de la reconstruction.
Quelle que soit l'issue du conflit en cours, la question sera en effet posée des modèles économiques et sociaux qui seront promus, de la conception de l'aide qui sera mobilisée par les institutions internationales et les agences de coopération. Quels choix seront faits, quelle conception du « développement » sera proposée, quel sera le rôle de l'État ? des acteurs de la société dite civile ? Les analyses proposées ici des échecs et des limites des politiques mises en œuvre à la veille de la crise avec le soutien des bailleurs internationaux devraient inciter à la prudence et à la réflexion. Ils rappellent l'importance du monde rural et de l'équilibre entre villes et campagnes.

Les auteurs : Elisabeth Longuenesse, sociologue et arabisante, chercheur au CNRS, est membre du laboratoire Printemps (Professions, Institutions, Temporalités), à l'Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines. Elle a été directrice du Département des Études Contemporaines de l'Ifpo de septembre 2009 à août 2013.
Cyril Roussel, géographe, chercheur à l'Ifpo-Amman, a vécu en Syrie de 1997 à 2005. Il poursuit actuellement ses recherches sur les migrations aux frontières de la Syrie et de l'Irak.

Sommaire : Les auteurs — Avertissement — Introduction par Élisabeth Longuenesse et Cyril Roussel — À la recherche d'un modèle de développement : Romain De Tarlé, La Syrie à la recherche d'un modèle de développement : la question agricole, de l'indépendance aux premières réformes agraires (1946-1958) - Matthieu Rey, L'extension du port de Lattaquié (1950-1955), étude sur les premiers temps de la fabrique du développement en Syrie — Les impasses du développement rural : Salim Badlissi, Le secteur primaire dans le processus de développement en Syrie. Planifications, réalisations, mutations actuelles et perspectives d'avenir - Myriam Ababsa, Crise agraire, crise foncière et sécheresse en Syrie (2000-2011) - Roman-Oliver Foy, « Il n'y a pas de justice ! » : stratégies et opinions de la population locale suite à la liquidation d'une ferme d'État (l'Établissement Al-Assad à Meskéné) - Myriam Saadé-Sbeih, Ronald Jaubert, Mohamed Al Dbiyat, La gestion des eaux souterraines et des steppes en Syrie : une ouverture internationale sous contrôle — Quelle société civile, pour quel développement ? : Cyril Roussel, La fabrique du développement économique dans le Sud de la Syrie : entre réseaux migratoires et mobilisation communautaire - Laura Ruiz de Elvira, Associations de bienfaisance et développement dans la Syrie de Bachar al-Assad. Le cas de la Gam‘iyyat-l-Mabarrât al-Nisa-'iyya bi-Dimašq — Annexe — Repères chronologiques.

 


CI n°7
DAHDAH (Assaf.). « L'art du faible ». Les migrantes non arabes dans le Grand Beyrouth (Liban).
Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2012, 198 p., 60 ill. NB et coul. (photographies et cartes)
ISBN : 978-2-35159-199-4

Beyrouth, à l'instar d'autres métropoles arabes et méditerranéennes, participe aux dynamiques de la mondialisation contemporaine grâce aux migrations internationales. Les dynamiques de la mondialisation « par le haut » et « par le bas » se croisent, se côtoient et s'ignorent dans la capitale.
Les migrantes non arabes – éthiopiennes, philippines ou sri lankaises –, qui viennent travailler à Beyrouth comme domestique, introduisent dans les interstices urbains, de nouvelles altérités et de nouvelles pratiques, devenant ainsi des actrices inattendues dans et de la ville. « Hyper visibilité » et « invisibilité sociale » vont alors de pair ; le degré de visibilité interrogeant de facto le « droit à la ville » et la légitimité à se montrer, à être vu et à être reconnu.
La migration reste organisée officiellement pour s'inscrire uniquement dans le cadre d'une domesticité low cost, une mobilité « invisibilisée » fondée sur un turn over très rapide. Cependant, les migrantes, par leur nombre et par contournement de leurs conditions initiales d'accueil, se sont imposées dans la capitale, dépassant partiellement les distinctions entre centre et périphérie. Nouvelles figures de la citadinité beyrouthine, elles participent dans les interstices de la ville à sa « réinvention », dans le contexte de forte ségrégation et de fragmentation qui caractérise la capitale libanaise. Elles interrogent in fine la notion de cosmopolitisme qu'induirait cette coprésence.

In this study I analyse the international migrations as a main characteristic of the contemporary globalization. Being connected to the globalizations' dynamics like the other Arabic and Mediterranean metropolises, Beirut is getting more internationalized. Globalizations « from above » and « from below » cross and mix with each other in Beirut's spaces depending on different degrees of visibility. The non Arab migrants, like Ethiopian, Philippine or Sri Lankan who work in Beirut as householders introduce new otherness and new urban practices in the interstices of the city which contribute to transform the urbanscape, linked to different spatial scales and degrees of visibility, including high visibility and “social invisibility”. The degree of visibility indicates how a person can be legitimate to show herself or to be seen, depending on the place. This analyze of a migration system that is based on the foreign women house staff wonders about the place of the Other in the city and the places of the city where he or she could be visible. Using the disparities between the central and the peripheral districts, and between the weekly days and the weekend, the female migrants contribute to produce new spaces and new mobilities in the Lebanese capital, even if they are still submitted because of their social and gender status. In this context every national group seems to create new social networks based on shops and places of worship. This migration was and is still officially organized so as to employ those women as householders, who must live only with their employers as invisible people who stay only the time of their contract. Nevertheless the high number of migrants and the overcome of the legal restrictions make them more visible in the urbanscape of Beirut, passing through the differences between the central and peripheral districts. In the context of high segregation and fragmentation that characterizes Beirut, they contribute in the interstices of the legality and of the city to her “re-creation” as a new figure of “citadinity”. In consequence, this situation of coexistence wonders about the notion of cosmopolitanism.

Sommaire : Remerciements — Préface par Élisabeth Longuenesse — Introduction — La domesticité internationale au Liban. État des lieux : Acteurs et représentations - Parcours d'une Éthiopienne jusqu'au Liban - Domestique, free lancer, commerçante, migrante vers l'Europe : le contournement du système - Les couples mixtes — La ville au prisme des migrants : Voir et être vu dans la ville - Le dimanche : des espaces de visibilité en réseau - Les quartiers de la ville au miroir des migrantes — De l'espace privé à l'espace public ou la géographie du mépris : L'espace domestique : une première échelle d'analyse - Les espaces publics à Beyrouth - Les banlieues : les espaces des publics — Beyrouth, entre cosmopolitismes et coexistences : Le cosmopolitisme dans la mondialisation contemporaine - Les cosmopolitismes dans la ville. — Conclusion — Bibliographie — Annexe — Liste des illustrations - Table des matières détaillée - Résumé anglais - Résumé français - Résumé arabe - Préface en arabe - Table des matières détaillée en arabe.

 


CI n°4
FEGHALI (P.). Le quartier de Sanayeh à Beyrouth. Une exploration filmique
Beyrouth, 2009, 136 pages + 1 DVD inclus. ISBN : 978-2-35159-147-5

Conçu à partir de la fin du XIXe siècle, le pôle urbain de Sanayeh valorisait la modernité au sein de l'Empire ottoman. Construit sur des dunes de sable, il représentait un défi de l'homme sur la nature.
Ce livre, accompagné d'une série de films, propose une vision du quartier des arts et métiers, Sanayeh, tel qu'il est vécu aujourd'hui. Bien que situé au cœur de Beyrouth, Sanayeh dévoile, derrière les immeubles modernes qui entourent désormais le jardin public, un espace plus traditionnel. Une vie rythmée par les cérémonies rituelles et un esprit du lieu marqué par la présence du jardin. En effet, c'est autour du jardin, poumon du quartier, que les connexions à la ville s'opèrent : lieu de rencontre, d'exposition et de camouflage, il permet à ses occupants réguliers de se créer une vie.
Ce livre propose un itinéraire de découverte dont les repères sont les pratiques sociales des habitants de Sanayeh - notables du quartier ou gens de peu -, leurs usages de l'espace et leurs rapports au lieu. Cet ouvrage allie le texte à l'image pour faire découvrir, à travers une exploration filmique, un portrait éclaté et vivant du quartier de Sanayeh.

Sommaire : Préface d'Elias Khoury — Introduction — Chap. I : Sanayeh au fil du temps — Chap. II : Démarche — Chap. III : De l'espace communautaire à l'espace public — Chap. IV : Pratiques et réseaux familiaux — Conclusion — Bibliographie / filmographie.

 


CI n°3
ICHE (S.). L'Orient-Express : chronique d'un magazine libanais des années 1990
Beyrouth, 2009, 184 pages. ISBN : 978-2-35159-084-3
Sommaire détaillé

Cet ouvrage donne à découvrir, ou à redécouvrir, l'histoire, les enjeux et l'esprit d'un magazine francophone dont la chronique est aussi celle du Liban des années 1990.
Dès sa naissance, le magazine jouait l'effronterie et la contradiction. Il affichait des ambitions assumées : « être un journal arabe en français », en renouant le lien rompu entre le Liban réel, « arabe d'identité et d'appartenance » comme le formule le texte constitutionnel, et un public francophone volontairement ou non ignorant de faits politiques, sociaux, culturels qui traversent le pays. Faire de la langue française un outil d'ouverture plutôt que d'exclusion. Faire qu'au sein du Liban, sédimenté de mémoires concurrentes et d'affrontements guerriers, un terreau commun se cultive... Créer des « transcultures » où se côtoieraient Fayruz et Patti Smith, Gilles Deleuze et Tayeb Salih, Portishead et Edward Saïd, Salman Rushdie et NTM, Allen Ginsberg et Ounsi El Hage.
Cette identité multipliant les lignes, les facettes, n'empêchait nullement des prises de position continuellement réaffirmées. D'un mois à l'autre, L'Orient-Express n'a eu de cesse d'appeler de ses vœux un Liban démocratique, laïc et indépendant, dans le maintien des solidarités interarabes. La tragédie palestinienne est rappelée chaque fois que la ponctue un nouvel espoir, rare, ou un nouveau crime. C'est en priorité aux jeunes que L'Orient-Express désirait faire entendre ses appels au réveil politique, pour qu'ils se battent ...

Extrait du sommaire : Naissance, vie et mort de L'Orient-Express : Une place marginale dans la presse libanaise d'après-guerre - Identité de L'Orient-Express : élitisme et plaisir - L'Orient-Express à contre-courant.— Pour une réconciliation nationale : Changer la société - L'Etat : premier pôle d'intégration - La capitale : deuxième pôle d'intégration — Conjuguer arabité et ouverture sur le monde : L'arabité du Liban - L'Orient-Express et la France - Le monde vu depuis Beyrouth.

 


CI n°2
DRIESKENS (B.). Les mιtamorphoses du mariage au Moyen-Orient. sous la direction de B. Drieskens.
Beyrouth, 2008, 152 pages. ISBN 978-2-35159-070-6

Depuis plusieurs années, les démographes attirent notre attention sur la montée du célibat, la réduction de l'écart d'âge entre partenaires et les fluctuations du taux de divorce dans le Moyen-Orient contemporain. Cet ouvrage rassemble diverses contributions visant à rendre compte des implications de tous ces phénomènes sur les idées et les pratiques sous-jacentes aux données quantitatives. Mariages collectifs, mariages civils, mariages temporaires ou secrets : autant de nouveaux paradigmes matrimoniaux qui semblent progressivement s'imposer.

Sommaire : Les contributeurs — B. Drieskens, Introduction : sur le mariage — A. F. Weber, Briser et suivre les normes : les couples islamo-chrétiens au Liban — S. Perdigon, La corniche des célibataires. L'intimité à l'épreuve du transnationalisme chez les jeunes Palestiniens de Jal al-Baher, Liban-Sud — S. Mervin, Normes religieuses et loi du silence : le mariage temporaire chez les chiites du Liban — J. Carlisle, From Behind the Door : A Damascus Court copes with an alleged out of court marriage — D. Singerman, Marriage and Divorce in Egypt : Financial Costs and Political Struggles — B. Drieskens, Changing Perceptions of Marriage in Contemporary Beirut — F. De Bel-Air, Mariage tardif et célibat au Moyen-Orient  : quels enjeux ?

 


CI n° 1
MERMIER (F.). Liban, espaces partagés et pratiques de rencontre sous la direction de F. Mermier.
Beyrouth, 2008, 184 pages. ISBN  : 978-2-35159-069-0

Cet ouvrage, consacré aux espaces partagés et pratiques de rencontre au Liban, présente différentes formes de relations et de liens sociaux, depuis l'usage du téléphone portable et les visites de condoléances jusqu'aux relations « inter-communautaires » au sein d'une entreprise ou dans la Montagne libanaise. La territorialisation des appartenances combine un registre complexe où se mêlent la symbolique des lieux, leurs liens à l'histoire communautaire et nationale, leurs formes d'appropriation, parfois violentes, et les réalités sociologiques par essence fluctuantes. Les études et témoignages rassemblés dans cet ouvrage permettent de saisir un état du communautarisme libanais qui ne peut être dissocié de la crise politique qui a secoué le pays entre l'assassinat de Rafic Hariri, le 14 février 2005, et l'élection d'un nouveau président de la République le 25 mai 2008.

Sommaire : Les auteurs — Liminaire par F. Mermier. — Etudes : A. Kanafani-Zahar, Ni mémoire dite ni présent rasséréné  : le vivre-ensemble à l'épreuve de la guerre — D. de Clerck, La Montagne  : un espace de partage et de ruptures — M. Marshak, Représentations sociolinguistiques des variétés de l'arabe parlé à Beyrouth — M. Chaoul, Echange social, liens et solidarité. Sociographie de la pratique des condoléances à Zahlé — K. Ziadeh, Place Abdul Hamid Karamé ou place de la Lumière à Tripoli : conflit de dénominations — J.-Ch. Depaule, Au royaume des appels en absence. — Témoignages : L. Slim, La paix à la libanaise, ou l'art de la réconciliation sans modération ! — M. Abi Samra, Le petit théâtre des rancoeurs communautaires  : entre la fièvre des alliances et la froide amertume de l'individualité — B. Khbeiz, La mort des lieux, ou Beyrouth aux nuits dédoublées — Rania Stephan, Terrains vagues — M. Jaber, Mémoires impersonnels.

 


CI n°6 : Nous ne diffusons pas ce titre. (Livre disponible uniquement sur internet : POD sur http://www.i6doc.com)
ABABSA (M.), DAHER (R.). Villes, pratiques urbaines et construction nationale en Jordanie (Cities, Urban Practices and Nation Building in Jordan).
Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2011, 328 p. ISBN : 978-2-35159-182-6

 


CI n°5 : Nous ne diffusons pas ce titre. (Livre disponible uniquement sur internet : POD sur http://www.shopmybook.com ou PDF sur http://librairie.immateriel.fr)
Médias et islamisme, sous la direction d'Olfa Lamloum.
Beyrouth, Presses de l'Ifpo, 2010, 132 p. ISBN : 978-2-35159-172-7

Pour toute demande d'abonnement veuillez remplir notre formulaire - To subscribe, please fill our form

~~